Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

"La justice craque de partout !" Le président de la Cour d'appel de Mons lance un cri d'alarme

logo de RTL info RTL info 26-01-19 RTL info
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Le président de la Cour d'appel de Mons lance un cri d'alarme. Pour Philippe Morandini, "la justice craque de partout". Il dénonce un manque cruel de moyens humains, ce qui entraîne des délais de plus en plus longs. Il demande aux députés de prendre les choses en main et d'agir. Justine Roldan Perez, avec Julien Crète et Gaëtan Zanchetta

"La justice craque de partout !" Le président de la Cour d'appel de Mons lance un cri d'alarme © Fournis par RTL info "La justice craque de partout !" Le président de la Cour d'appel de Mons lance un cri d'alarme

Selon la loi, le service de Philippe Morandini, président de la Cour d'appel de Mons, devrait compter 31 juges. Pourtant, aujourd'hui ils ne sont que 23, dont deux en arrêt maladie de longue durée. 

Un manque de magistrat qui rend impossible le travail dans de bonnes conditions. Ces dernières années, la Cour d'appel avait commencé à rattraper son retard, les dossiers étaient à nouveau traités dans des délais raisonnables. À nouveau, ce retard s'accumule. "Le dossier vient en appel, nous se savons plus le fixer. Alors qu'avant nous étions à deux-trois mois de délai, ça prend maintenant un an, un an et demi, deux ans... peut-être même plus.", déplore le magistrat. Et d'ajouter : "Quelqu'un qui est victime d'une injustice, qui a envie que justice soit rendue par l'Etat, ce qui est normal, je dois lui dire 'je dois mettre votre dossier au frigo, pas parce qu'il doit prendre le frigo mais parce que je n'ai personne'." Philippe Morandini a fini par écrire aux députés, pour leur demander de l'aide.

  

Les magistrats remplaçants sont déjà sollicités.

 

En attendant, dans les tribunaux de la Cour d'appel de Mons, les dossier s'accumulent. Parents qui se déchirent pour la garde des enfants, infractions de roulage ou demande d'appel après un passage devant le tribunal correctionnel, tous attendent une relecture. Pour maître Jason Mary, c'est un non-sens, qui ajoute à la souffrance : "Ce sont surtout les cas de garde d'enfants qui tiennent à cœur. On voit l'émotion des parents, pendant l'audience. Nous, on est là pour que cette émotion ne se ressente pas trop mais le retard [dans les dossiers] ne fait qu'augmenter le stress des parents, qui attendent un résultat rapide."

Après son courrier aux députés, Philippe Morandini attend maintenant un signe de la part du ministre de la Justice, Koen Geens. Le ministre, lui, considère que le problème a déjà été traité. Une réponse directe, faite devant les députés en séance à la Chambre : "On ne se repose pas. Quand cinq vacatures sont en cours pour conseiller à la Cour d'appel de Mons, c'est un peu triste d'entendre de telles lamentations."

La Cour d'appel de Mons n'est pas la seule qui manque de magistrats et de greffiers. Au tribunal de première instance du Hainaut par exemple, seules 78 places sur 97 sont occupées.

Face à la réaction de leur ministre, les acteurs du monde judiciaire ont décidé de manifester leur colère le 20 mars.

Publicité
Publicité

A lire sur RTL info

image beaconimage beaconimage beacon