Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Extinction Rebellion en action à Londres, et ce n'est que le début

Des activistes d'Extinction Rebellion ont lancé une série d'actions dans cinq villes britanniques cette semaine : Londres, Glasgow, Bristol, Cardiff et Leeds. Il y a urgence climatique. Et si l'atmosphère était festive, les jeunes sont inquiets : A Londres, ces militants ont demandé aux habitants de garder pour eux 22 % de leur taxe municipale pour protester contre la lenteur du gouvernement à réduire les émissions carbone du Royaume-Uni. (l'objectif actuel des Britanniques est de réduire les émissions de CO2 à zéro d'ici 2050, ils voudraient que l'objectif soit atteint d'ici 2025). Un exemple parmi d'autres pour lutter contre l'extinction de la race humaine : "C'est une urgence et nous avons besoin de réponse urgentes. Après la seconde guerre mondiale par exemple, les gens se sont rassemblés et ont mis en commun toutes leurs ressources et ils ont résolu leurs problèmes. Nous devons faire de même, maintenant, parce que le changement climatique est la plus grande menace existentielle à laquelle l'humanité fait face" , explique Liam Geary Baulch, organisateur pour Extinction Rebellion. Comment les Londoniens accueillent-ils ces militants ? “Je comprends ce qu'ils essaient de faire. Ils essaient d'attirer l'attention parce qu'ils se sentent frustrés. Ils ont l'impression de ne pas être écoutés et il y a une part de vérité, mais il y un équilibre à trouver et je pense que perturber les gens dans leur vie quotidienne, ça ne marchera pas, je peux comprendre pourquoi les gens râlent aussi" , explique Becky Sharples. Durant tout l'été, des manifestations non-violentes, des actions de désobéissance civiles vont se succéder ainsi. En avril, des milliers de militants d'Extinction Rebellion avaient réussi à bloquer des sites importants dans le centre de Londres. Plus d'un milliers de manifestants avaient été arrêtés, 180 traduits en justice. Ces manifestations d'avril ont permis de recruter 30 000 nouveaux membres et de faire connaître le mouvement dans 33 autres pays. Mais, aujourd'hui, la police britannique demande plus de moyens de dissuasion contre ces activistes pro-climat.
image beaconimage beaconimage beacon