Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Incendies au Portugal : les pompiers craignent une reprise

Toute la nuit, les pompiers ont travaillé d'arrache-pied pour venir à bout des flammes. 1700 hommes et 500 véhicules pour contrer un incendie d'une "extraordinaire difficulté" au Portugal, une mobilisation d'une ampleur rare mais qui a porté ses fruits. Ce lundi, les feux de forêts dans la région de Castelo Branco sont maîtrisés à 90% . Mais les soldats du feu ne relâchent pas pour autant leurs efforts : la journée s'annonce difficile avec des températures caniculaires et de fortes rafales de vent. Le périmètre de 10% qui est toujours actif pourrait s'étendre et devenir incontrôlable. " Nous allons avoir une journée difficile. Le vent a été le principal moteur de cet incendie ", a prévenu le responsable de la protection civile. Les vents atteindront jusqu'à 35 kilomètres/heure l'après-midi et les températures les 39 degrés, selon les prévisions météorologiques. Sept régions du centre et du sud du pays ont été placées lundi en alerte élevée aux incendies. Les feux de forêt s'étaient déclarés samedi après-midi sur trois fronts dans des zones difficiles d'accès de la région de Castelo Branco, à 200 km au nord de Lisbonne. Dans la nuit de samedi à dimanche, plusieurs hameaux avaient été évacués par précaution. Dimanche le travail des pompiers avait été compliqué par des vents aux directions changeantes qui ont provoqué de nombreuses reprises de feu alors que les pompiers avaient initialement espéré réussir à circonscrire les derniers des trois sinistres dans la journée. Plusieurs maisons ont été détruites et une trentaine de personnes ont été blessées. Le président Marcelo Rebelo de Sousa, qui a rendu visite à un blessé grave, qui avait été évacué vers un hôpital de Lisbonne, a exprimé "sa solidarité" aux pompiers et aux populations touchées. La police judiciaire a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de ces feux de forêt. "Comment se fait-il que cinq feux de taille significative commencent dans des zones si rapprochées ?", s'était interrogé dimanche le ministre de l'Intérieur Eduardo Cabrita. Un incendiaire présumé de 55 ans, soupçonné d'avoir mis le feu près de Castelo Branco, sans avoir vraisemblablement joué de rôle dans les vastes incendies qui se sont déclenchés samedi, a été arrêté dimanche, a annoncé la police judiciaire. avec AFP
image beaconimage beaconimage beacon