Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Rohingyas : commémoration de l'exil massif

Deux ans après, ils ont commémoré ce qu'ils appellent le « jour du génocide ». Plus de 100 000 Rohingyas ont convergé vers le plus grand camp de réfugiés du Bangladesh et du monde - celui de Kutupalong - pour se souvenir de leur exil massif et de son déclencheur : une opération de nettoyage ethnique de l'armée birmane et des milices. Aujourd'hui, ils mènent campagne pour le droit au retour, mais leur leader Mohib Ullah, réclame des garanties : la nationalité birmane que les autorités leur refusent et l'assurance qu'ils ne seront pas pourchassés de nouveau. Au total, près d'un millions de membres de cette ethnie musulmane ont fui la Birmanie à majorité bouddhiste et vivent aujourd'hui dans des camps de réfugiés au Bangladesh voisin. Mais ils n'oublient leurs morts. 10 000 d'entre eux au moins auraient été tués. Depuis août 2017 et le début de leur exil forcé, le Bangladesh et la Birmanie ont signé un accord de rapatriement mais il est resté lettre morte. Aucun de ces Rohingyas ne voudra rentrer tant que leur sécurité ne sera pas assurée.
image beaconimage beaconimage beacon