Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Enfin de l’espoir pour le retour du baseball à Québec et Trois-Rivières

logo de Le Soleil Le Soleil 2021-07-14 Carl Tardif - Le Soleil
Michel Laplante © Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche Michel Laplante

Découragés comme jamais, la semaine dernière, Michel Laplante et René Martin ont retrouvé l’espoir de pouvoir enfin faire découvrir la Ligue Frontier aux amateurs de baseball de Québec et Trois-Rivières d’ici la fin de la saison.

Ils pensent même qu’une décision favorable pourrait être annoncée, cette semaine, par l’Agence de la santé publique du Canada. Si tel était le cas, le retour d’Équipe Québec à la maison aurait lieu le vendredi 30 juillet dans le cadre d’une série de trois matchs contre les Boulders de New York.

«Les Boulders ont été très gentils avec nous, ils nous donnent jusqu’à vendredi pour que l’on confirme si la série du 30 juillet pourra avoir lieu à Québec. Sinon, les trois matchs auront lieu chez eux, mais ils ont besoin de le savoir assez rapidement», expliquait René Martin, directeur général des Aigles de Trois-Rivières, mercredi.

La Ligue Frontier est aussi en attente d’une telle confirmation pour le reste de la saison. Si le gouvernement fédéral devait permettre le passage à la frontière canado-américaine de joueurs et entraîneurs vaccinés, 21 matchs auraient lieu aux stades Canac de Québec (10) et Quillorama de Trois-Rivières (11) jusqu’à la conclusion du calendrier régulier, le 12 septembre.

«Mon niveau d’optimisme est plus élevé que la semaine dernière. On sent que ça bouge depuis quelques jours. Nous avons déjà remis les documents qu’on nous demandait, comme l’autorisation des deux villes, et nous en ferons autant sous peu avec celle du gouvernement provincial. Il faut l’admettre, il y a de l’espoir. Les gens à qui l’on parle sont au courant de l’urgence de la situation», précisait Laplante, qui ne cesse de retarder l’échéance avec ses partenaires de la Ligue Frontier.

Les Capitales et les Aigles ne sont pas les seules organisations à cogner à la porte du gouvernement canadien pour obtenir le feu vert. Et le plus tôt sera le mieux. Les Blue Jays de Toronto espèrent aussi obtenir la permission de laisser entrer les athlètes étrangers au pays prochainement. Au soccer, le CF Montréal (Impact) et le Toronto FC ont appris, mercredi en fin de journée, qu'ils pouvaient présentés des matchs dès le week-end. Au tennis, on a dévoilé l'identité des joueuses qui viendront à la Coupe Banque Nationale, à Montréal, en août, et mis en vente les billets. Là aussi, 5000 spectateurs par session de jour et de soir seront admis au stade IGA.

«Il s'agit d'une excellente nouvelle que l'Impact et Toronto puissent présenter des matchs dès cette fin de semaine, ça nous encourage encore plus. On va suivre de près le protocole qui permet à l'Impact de le faire. Notre demande n’est pas de la même hauteur que celle des Blue Jays, par exemple, qui veulent aussi une exemption pour les joueurs qui ne sont pas vaccinés. Nous, ils le sont tous, c’était obligatoire dans notre Ligue. Et s’il y en avait un qui ne l’était pas, il ne viendra pas, tout simplement. Pour le reste, les équipes voyageraient à bord de leur autocar nolisé, logeraient à leur hôtel et se pointeraient au terrain. Et si on nous interdisait que les joueurs doublement vaccinés ne puissent pas aller au restaurant, on se pliera à cette demande», ajoutait Laplante.

Si l'Impact pourra accueillir 5000 spectateurs, Laplante estime que le nombre qui sera permis à Québec et Trois-Rivières n'est pas important pour l'instant.

«Les stades de Québec et Trois-Rivières [construits en même temps à la fin des années 1930 sous le régime du premier ministre de l’époque Maurice Duplessis] sont configurés de façon parfaite pour bien répondre aux normes imposées par la Santé publique. Ce qui importe le plus, présentement, c'est qu'on puisse présenter des matchs. Je ne pense pas qu'on ait bien de la misère à vendre les billets pour le retour du baseball. Imagine, ça fait quasiment deux ans qu'il n'y en a pas eu, ça risque d'être la folie si on peut le faire», ajoutait-il.

Une décision positive serait aussi un élément majeur pour injecter une dose d’énergie à l’intérieur d’Équipe Québec, qui séjourne aux États-Unis depuis la mi-mai.

«Si on pouvait dire aux joueurs dans les prochaines heures qu’ils pourront venir jouer à Québec et à Trois-Rivières, ça les motiverait encore plus. Autant avions-nous l’impression d’être dans un trou et qu’on n’était pas capable de s’en sortir, la semaine dernière, autant je peux dire qu’on ne travaille pas dans le vide, présentement», ajoutait René Martin, qui multiplie les contacts quotidiens avec le cabinet du ministre François-Philippe Champagne.

Publicité

Plus du journal Le Soleil

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon