Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Chemin en piteux état à Pointe-du-Chêne : des résidents réclament l’aide de la province

logo de Radio-Canada.ca Radio-Canada.ca 2022-08-01 CBC/Radio-Canada

Des résidents de Pointe-du-Chêne, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, se sont rencontrés récemment pour partager leurs inquiétudes concernant le mauvais état du chemin Belliveau Beach. Ils réclament que la province le répare, même si le chemin est privé.

Le chemin Belliveau Beach est situé dans un quartier résidentiel près de la plage Parlee, une destination populaire lors de la saison estivale, ce qui amène son lot de circulation.

Bien que le chemin Belliveau Beach ait toujours été privé, les membres de la communauté affirment que la province en assurait l’entretien, jusqu’à tout récemment.

Selon Fred Plante, un résident du secteur, la décision du gouvernement de cesser l’entretien du chemin Belliveau Beach a été prise de façon inattendue et sans préavis.

Il avance que depuis, les conducteurs qui tentent de contourner les nombreux nids-de-poule évitent de justesse la circulation en sens inverse.

Des parties de la chaussée se sont aussi effondrées, et les résidents du secteur trouvent cela dangereux.

L’un d’eux a même payé de sa poche pour remplir certains nids-de-poule de gravier, mais une tempête de pluie dans la région a vite prouvé que cette solution temporaire n’était pas efficace à long terme.

Un problème de sécurité

La présidente du comité du district de services locaux de Pointe-du-Chêne, Odette Babineau, ne cesse de recevoir des messages de membres de la communauté frustrés par la situation.

Ils estiment qu’un accident est voué à se produire sur le chemin Belliveau Beach si rien n’est fait.

[La province] entretenait toujours l’état de ce chemin, il n’y avait donc pas de risque de sécurité routière. C’est impossible maintenant d’éviter les nids-de-poule, et il y a de nombreux enfants et cyclistes sur le chemin, alors c’est vraiment devenu un problème de sécurité», indique Odette Babineau.

Les résidents de Pointe-du-Chêne se sont rencontrés pour partager leurs inquiétudes concernant le mauvais état du chemin Belliveau Beach. © Alexandre Silberman/Radio-Canada Les résidents de Pointe-du-Chêne se sont rencontrés pour partager leurs inquiétudes concernant le mauvais état du chemin Belliveau Beach.

Les membres de la communauté de Pointe-du-Chêne cherchent une solution.

Ils ont organisé une rencontre la semaine dernière avec un représentant du ministère des Transports et de l’Infrastructure du Nouveau-Brunswick.

Odette Babineau relate qu’on leur a répondu que la province n’est pas responsable de l’entretien des routes privées, et n’avait pas l’intention d’offrir son aide.

Une solution à court terme

Il y a énormément de routes privées au Nouveau-Brunswick. À Pointe-du-Chêne, plus de la moitié d’entre elles le sont.

De son côté, Fred Plante croit néanmoins que la province se doit d’offrir une solution à court terme pour le chemin Belliveau Beach.

Vous n’avez qu’à venir réparer la route en remplissant les nids-de-poule. C’est un travail de deux heures. Faites cela, partez après. On continuera les négociations pour les solutions à long terme par la suite», lance-t-il au ministère des Transports et de l’Infrastructure.

Fred Plante demeure près du chemin Belliveau Beach. Il affirme que le mauvais état du chemin est un risque pour la sécurité des usagers de la route. © Alexandre Silberman/Radio-Canada Fred Plante demeure près du chemin Belliveau Beach. Il affirme que le mauvais état du chemin est un risque pour la sécurité des usagers de la route.

Face au refus de la province, les résidents de Pointe-du-Chêne ont prévu une série de moyens de pression.

Ils planifient de perturber la circulation sur le chemin de la plage Parlee lundi, lors du jour de la Fête du Nouveau-Brunswick.

Le ministère des Transports et de l’Infrastructure du Nouveau-Brunswick n’était pas en mesure de commenter au moment de l’écriture de cet article.

D’après le reportage d’Alexandre Silberman de CBC

Publicité

Plus de Radio Canada

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon