Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Brexit: Londres veut renforcer les liens économiques avec le Canada

logo de AFPAFP 2019-08-06 afp.com
Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab, le 25 juillet 2019 à Londres © Tolga AKMEN Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab, le 25 juillet 2019 à Londres

Le Royaume-Uni veut que les relations commerciales avec le Canada passent "au niveau supérieur" après le Brexit, a annoncé mardi à Toronto le nouveau ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab lors de sa première visite bilatérale à l'étranger.

"Nous voulons élargir nos horizons et élever notre niveau d'ambition dans le monde", a déclaré M. Raab lors d'une conférence de presse en compagnie de son homologue canadienne, Chrystia Freeland.

"Dans ce contexte, nous voulons faire passer notre amitié avec le Canada et le peuple canadien à un niveau supérieur", notamment dans les domaines du commerce, de la coopération en matière de sécurité ou de la lutte contre le changement climatique, a-t-il précisé.

Le Royaume-Uni est le premier partenaire commercial du Canada en Europe et le commerce bilatéral s'élevait à 25,5 milliards de dollars canadiens (17,2 milliards d'euros) en 2018, selon le gouvernement canadien.

"Nous bénéficions tous les deux de liens économiques et commerciaux florissants, nous recherchons des investissements gagnant-gagnant dans le libre-échange", a poursuivi le ministre britannique. Le Royaume-Uni "espère arriver à un accord" avec Bruxelles mais "quittera dans tous les cas l'Union européenne fin octobre", a-t-il rappelé.

"La priorité numéro 1 pour le Royaume-Uni est d'avoir une transition aussi fluide que possible", a estimé M. Raab, ancien ministre du Brexit et diplomate en chef depuis deux semaines au sein du nouveau gouvernement de Boris Johnson.

"Nous n'avons pas seulement des liens étroits, nous ne sommes pas seulement des alliés, mais nous sommes cousins, nous sommes une famille", a estimé Mme Freeland, sans rentrer dans les détails d'un éventuel accord commercial entre le Royaume-Uni et son ancienne colonie nord-américaine après le Brexit.

"Pour le Royaume-Uni, le Brexit n'est pas seulement de la gestion de crise" mais une occasion de "saisir l'énorme opportunité de notre liberté retrouvée", a affirmé M. Raab, qui doit ensuite se rendre aux Etats-Unis et au Mexique.

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon