Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Scandale sexuel dans la gym américaine : une championne olympique sort du silence

logo de ParisMatch ParisMatch 2017-11-13 Paris Match
Scandale sexuel dans la gym américaine : une championne olympique sort du silence © REUTERS/Dylan Martinez Scandale sexuel dans la gym américaine : une championne olympique sort du silence

Aly Raisman, triple championne olympique du gymnastique, a accepté elle aussi de prendre la parole contre le docteur Larry Nassar, accusé de nombreuses agressions sexuelles sur de jeunes sportives.

Aly Raisman est une véritable légende de la gymnastique américaine. Triple championne olympique, capitaine d’équipe en 2012 et 2016, elle ne s’était jamais exprimée sur le scandale sexuel qui entoure la Fédération américaine de gymnastique. Elle a finalement accepté d’accorder une interview à l’émission «60 Minutes». Elle affirme avoir été elle aussi abusée par le docteur Larry Nassar, accusé par de nombreuses sportives d’agression sexuelle.

Jusqu’en 2015, la jeune femme n’avait jamais pris conscience d’avoir été la victime du médecin. Ce n’est qu’après l’ouverture d’une enquête interne qu’elle a compris ce qui lui était arrivé. «J’étais juste très innocente. Je ne savais pas vraiment. Vous n’imaginez pas ça si vous faites confiance à une personne», a-t-elle expliqué. «Il m’achetait des petites choses alors je pensais vraiment qu’il était gentil. Je trouvais vraiment qu’il faisait attention à moi. C’est pourquoi je veux faire cette interview. Je veux en parler. Je veux dire que ce n’est pas parce que quelqu’un est gentil avec vous et parce que les gens autour disent que cette personne est la meilleure, cela n’excuse pas le fait de vous mettre dans une situation inconfortable», a-t-elle confié dimanche. Si elle a refusé d’entrer en détails sur les abus dont elle a été victime, elle a raconté qu’ils avaient commencé lorsqu’elle avait 15 ans. Des agressions dont elle parle dans son livre «Fierce», publié cette semaine aux Etats-Unis. «Vous ne voulez pas croire que vous êtes une victime d’abus sexuels. Ce n’est pas facile à croire», a-t-elle encore lancé dans «60 Minutes».

Le mois dernier, en pleine affaire Weinstein, c’est une autre gymnaste vedette qui avait pris la parole. McKayla Maroney, titrée aux Jeux Olympiques de Londres, a écrit un long texte sur les réseaux sociaux, dénonçant les agissements du médecin. «J’ai été abusée par le docteur Larry Nassar, le médecin de l’équipe féminine américaine olympique (…). Cela a commencé lorsque j’avais 13 ans, lors de mon premier camp d’entraînement avec l’équipe nationale, au Texas, et cela a continué jusqu’à ce que je quitte ce sport», a-t-elle publié. Dans d'autres témoignages publiés dans la presse ces derniers mois, d'anciennes gymnastes ont notamment parlé d'attouchements. L'une a par exemple décrit ce qu'elle a subi, là aussi dans l'émission 60 Minutes : «Il mettait ses doigts en moi et m’écartait les jambes. Il me disait que j’allais entendre un petit bruit et que cela remettrait ma hanche en place et soulagerait mon dos».

Des chiffres accablants  

Larry Nassar, très respecté dans le milieu, aurait sévi en toute impunité durant des années. Une enquête a révélé fin janvier que l’entraîneur de l'université d'État du Michigan (MSU) était au courant d’accusations portées contre le médecin qui travaillait alors pour l'établissement. Mais la direction avait préféré fermer les yeux, expliquant que cela pourrait avoir «de sérieuses conséquences». En décembre dernier, «USA Today» et le «Indianapolis Star» ont révélé qu’au moins 368 petites gymnastes auraient été agressées sexuellement par des entraîneurs ou autres membres de la Fédération américaine de gymnastique au cours des 20 dernières années. «C’est une agression tous les 20 jours et c’est un nombre moyen bas», expliquait «USA Today» qui faisait état de vidéos et photos d’enfants nues prises par des coaches, de viols durant des entraînements ou de relations sexuelles entre gymnastes et entraîneurs. Dans une précédente enquête, le «Indy Star» avait découvert que la fédération avait choisi de garder secrètes plusieurs plaintes, préférant donc ne pas alerter la police. Le journal a depuis eu accès à des documents internes montrant que des entraîneurs, reconnus coupables, avaient continué à entraîner après leur condamnation. 

Larry Nassar, qui a plaidé coupable de pédopornographie dans un premier procès, devrait connaître sa peine fin novembre. Une semaine plus tard, début décembre, un nouveau procès contre lui doit s’ouvrir pour agressions sexuelles. C’est au Karolyi Ranch situé à Houston, au Texas, tenu par les légendaires entraîneurs Bela et Martha Karolyi, que de nombreuses agressions auraient eu lieu, sur parfois de très jeunes filles. Véritable institution dans le monde de la gymnastique, le lieu accueillait les plus grands noms de ce sport et embauchait les meilleurs médecins, dont Larry Nassar. 

MSN vous suggère aussi : 

Harcèlement sexuel : un républicain américain épinglé

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

( Vidéo par EuroNews SA)

Publicité

Plus d'infos : Parismatch

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon