Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Trump se qualifie de «génie», «beau et intelligent», et traite une rivale de «version maigre de Pocahontas»

logo de L’ObsL’Obs 2019-07-11 www.nouvelobs.com
© Copyright 2019, L'Obs

Donald Trump a donné un coup d’envoi particulier au « sommet sur les réseaux sociaux » qui se tient ce jeudi 11 juillet à la Maison-Blanche. Un rassemblement qui tourne autour du thème de « la malhonnêteté » sur les réseaux sociaux, où n’étaient pas conviés les géants du secteur tels que Facebook ou Twitter, mais plutôt les groupes conservateurs les plus critiqués de la Silicon Valley.

Dans une tirade sur Twitter que d’aucuns pourraient qualifier d’étrange, voire de surréaliste, le président des États-Unis a commencé par évoquer les biais des plus grands réseaux sociaux, très critiqués par les conservateurs américains pour leurs initiatives de plus en plus nombreuses de modération des propos haineux.

Facebook fournira désormais à la justice française les adresses IP des auteurs de propos haineux

Puis son discours s’est rapidement déporté sur le sujet des médias dont il qualifie les informations de « fake news », et qui selon lui « vont rapidement faire faillite à cause de leur manque de crédibilité aux yeux du public ».

Mais les tweets les plus inexplicables sont venus après, quand le président républicain s’est mis à tacler ses adversaires, et notamment la sénatrice Elizabeth Warren, qu’il surnomme « Pocahontas » en référence à ses origines amérindiennes controversées. Tout en se vantant d’être « beau », « intelligent », « un véritable génie stable [sic] »

« [Pourriez-vous imaginer]… que la version maigre et nerveuse de Pocahontas (1000/24th) soit votre Présidente, plutôt que ce que vous avez maintenant, un homme si beau et intelligent, un véritable génie stable ! »

Dans son fil de tweets, Donald Trump a tagué un utilisateur, « @AlfredENeuman99 » comme s’il était candidat à la présidence des États-Unis. Ce serait en fait une allusion au nouveau surnom qu’a donné le président au candidat démocrate Pete Buttigieg, et dont ce n’est donc pas le profil d’utilisateur.

Le 26 avril 2019 déjà, le président âgé de 73 ans s’était déclaré dans un tweet être « un jeune homme vibrant ». Il est le plus vieux président en poste de l’histoire des États-Unis. Il s’est qualifié d’« intelligent » des dizaines de fois auparavant, dans des discours ou sur les réseaux sociaux.

Un sommet controversé

Le « sommet » de ce jeudi rassemble plusieurs organisations ou personnalités conservatrices qui affirment régulièrement être censurées. Selon les médias américains, seront notamment représentés le site PragerU, qui publie des vidéos aux perspectives très droitières, ou encore l’organisation TurningPoint USA, qui affirme que les universités américaines font de la « propagande gauchiste ».

Le chef de l’organisation Project Veritas, qui se targue d’avoir infiltré les géants de la Silicon Valley pour démontrer qu’ils étaient bien biaisés, a aussi affirmé dans un courriel avoir été convié.

Pour Daniel Castro, vice-président de la Fondation sur les technologies de l’information et l’innovation, le risque d’un tel « sommet » est de donner « à certaines de ces personnalités les plus excentriques un vernis de légitimité ».

Cette réunion intervient à un moment délicat pour les géants américains de la technologie, accusés de censure par les conservateurs, mais aussi de ne pas en faire assez pour réprimer les contenus haineux en ligne.

Publicité

Plus sur L’Obs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon