Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

«Pas d’urgence» pour la seconde dose du vaccin

La première dose des vaccins à ARNm contre la COVID-19 des compagnies Pfizer-BioNTech et Moderna présente une efficacité d’au moins 80 %, avancent des publications scientifiques ainsi que des données préliminaires accumulées au Québec durant le début de la campagne de vaccination. Une telle efficacité conforte les tenants de la stratégie visant à administrer une première dose de vaccin au plus grand nombre de personnes vulnérables avant de procéder à l’inoculation de la seconde dose. Dans un article paru le 18 février dans le New England Journal of Medicine, le Dr Siri Kadire, de l’Université de Californie à San Francisco, expose les risques et les bénéfices de reporter la seconde dose des vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna au-delà des trois et quatre semaines respectivement recommandées par les deux fabricants. Le Dr Kadire rappelle d’abord que dans le cadre des essais cliniques, l’efficacité de la première dose était d’environ 85 % au moment de l’administration de la seconde dose des deux vaccins, alors que celle estimée après la deuxième dose s’élevait à 95 %.
image beaconimage beaconimage beacon