Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Camp St-Pat’s : le projet prend vie

logo de La Tribune La Tribune 2019-08-17 Catherine Brousseau-Carnevale - La Tribune
Le Camp St-Pat’s et la Fondation Papillon ont fait une mise au point sur les avancements des travaux du Camp St-Pat’s. Sur la photo, on peut y apercevoir les jeunes de la Fondation Papillon Sophie Boucher-Hamelin, Henri-Louis Aguiar-Carrier, Jason Charette, Sarah Bercier, Célia Léveillé-Marois, Marc-Olivier Paradis et Sandra Bradford ainsi que Jean R.Fabi, coordonnateur du site et Jean Duchesneau, président et directeur général de la Fondation Papillon. © SPECTRE MÉDIA, MAXIME PICARD Le Camp St-Pat’s et la Fondation Papillon ont fait une mise au point sur les avancements des travaux du Camp St-Pat’s. Sur la photo, on peut y apercevoir les jeunes de la Fondation Papillon Sophie Boucher-Hamelin, Henri-Louis Aguiar-Carrier, Jason Charette, Sarah Bercier, Célia Léveillé-Marois, Marc-Olivier Paradis et Sandra Bradford ainsi que Jean R.Fabi, coordonnateur du site et Jean Duchesneau, président et directeur général de la Fondation Papillon.

SHERBROOKE —Les jeunes de la Fondation Papillon étaient tout sourire samedi lors de la mise au point sur les avancements des travaux du Camp St-Pat’s. À l’été 2020, les jeunes vivant avec un handicap ou issus de milieux défavorisés auront droit à une colonie de vacances flambant neuve ainsi qu’un terrain d’entrainement pour les athlètes paralympiques.

Le Camp St-Pat’s qui connaissait plusieurs difficultés depuis quelques années s’est associé à la Fondation Papillon, un organisme montréalais apportant un soutien aux personnes ayant un handicap et à leur famille. Après quelques règlements de comptes et plusieurs années de planification, le réaménagement du site est désormais possible. Ainsi, cette fusion assurera une pérennité au camp en plus d’être bénéfique pour plusieurs puisque les enfants pourront explorer l’Estrie.

Plus précisément, ce sont un pavillon principal avec cuisine, des jeux d’eau, un centre de la nature, une plage, un anneau d’entrainement et un centre d’entrainement qui seront aménagés aux rives du lac Stoke. Toutefois, des négociations sont toujours en court avec la municipalité de Stoke pour certains aménagements. 

Pour l’anneau d’entrainement, des rencontres sont prévues avec Sport Canada pour discuter et pour concrétiser le projet.

En partenariat avec Biathlon Estrie et le ministère de l’Éducation, le réaménagement du centre de tir et l’implantation d’une piste d’entrainement asphaltée seront bientôt entamés. 

« On m’a demandé de coordonner le site du Camp St-Pat’s. Jusqu’à présent, on a fait du nettoyage et l’on a détruit les vieilles bâtisses. Aujourd’hui, c’est la corvée. On est heureux de voir le résultat. On veut offrir des activités pour tous les enfants et non seulement à ceux vivant avec un handicap. On veut faire une intégration pour le développement des enfants », affirme Jean R.Fabi, coordonnateur du site. 

« Notre objectif est de donner un second souffle au camp, enchaine-t-il. Les athlètes qui s’entraineront au camp seront une source d’inspiration pour nos enfants. C’est le but d’avoir ces centres d’excellence. Les enfants peuvent rêver et atteindre leurs objectifs et à la Fondation Papillon, on est là pour les aider à les atteindre. »

Célia, une femme de 28 ans vivant avec un handicap, affichait un grand sourire lors de l’annonce des nouvelles structures. Lorsqu’on lui demande si elle a hâte de profiter du nouveau camp de vacances, celle-ci n’a pas hésité un instant à répondre « oui » en hochant la tête, visiblement excitée. 

Par ailleurs, comme mentionné par M. Fabi, le Camp St-Pat’s sera ouvert à tous les enfants.

« Pour ces gens, c’est du plaisir qu’ils trouveront à un camp comme celui du Camp St-Pat’s. Le but, c’est que les enfants et les jeunes adultes puissent s’amuser en même temps que de donner un répit aux parents. Nous avons le personnel nécessaire formé pour les encadrer et leur faire vivre des moments de bonheur. C’est un projet en développement et nous nous préparons à entamer les constructions », souligne Jean Duchesneau, président et directeur général de la Fondation Papillon. 

Publicité

Plus du journal La Tribune

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon