Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Des Iraniennes brûlent leur voile après le décès de Mahsa Amini

Des Iraniennes brûlent leur voile après le décès de Mahsa Amini En Iran, le sort de Mahsa Amini, morte après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs, secoue le pays entier. La colère continue de se répandre dans la rue comme sur les réseaux sociaux, où plusieurs femmes se filment en train de brûler leur voile ou de se couper les cheveux en guise de protestation. La jeune femme kurde de 22 ans est rapidement devenue un symbole de la lutte contre les méthodes brutales de la police des moeurs en Iran ainsi que la répression du régime du président Ebrahim Raïssi. En visite à Téhéran avec sa famille, Mahsa a été arrêtée le 13 septembre pour «port de vêtements inappropriés» par la police des mœurs parce qu’elle ne portait pas son voile correctement. Les autorités ont indiqué jeudi que la jeune fille avait été arrêtée avec d’autres femmes pour recevoir des «instructions» sur les règles vestimentaires. Elle aurait ensuite «soudainement souffert d’un problème cardiaque». Plongée dès lors dans un coma, Mahsa est décédée trois jours plus tard à l’hôpital, le 16 septembre, selon la télévision d’État. Alors que des foules prennent d’assaut les rues depuis samedi, la police rejetait à nouveau lundi toute responsabilité dans ce décès. Les militants jugent la mort de Mahsa Amini «suspecte», mais la police de Téhéran a affirmé qu’il n’y avait «pas eu de contact physique» entre les policiers et la victime. La mort de Mahsa intervient en pleine controverse sur la police des mœurs, dont les méthodes violentes ont été vivement critiquées en juillet dernier, après l’arrestation d’une jeune fille sous les yeux de sa mère.
image beaconimage beaconimage beacon