Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Deux groupes de défense des locataires à Montréal évincés par une école de Toronto

Deux groupes de défense des locataires à Montréal évincés par une école de Toronto Un bâtiment où logent deux organismes de défense des droits des locataires de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve a été racheté par un collège privé de Toronto qui entend rénover entièrement celui-ci pour y accueillir des étudiants dès cet automne. L’immeuble de quatre étages de la rue Ontario Est comptait jusqu’à récemment six organismes communautaires de différents horizons, mais trois d’entre eux ont déménagé dans les derniers mois en marge du rachat de ce bâtiment à vocation commerciale par le Cestar College, l’automne dernier, qui leur a demandé de quitter les lieux. Basé à Toronto, ce collège privé se spécialise dans «l’enseignement de formation personnelle et populaire» au moyen de programmes «non universitaires», selon le Registre des entreprises du Québec. La décision du collège de s’implanter progressivement au Québec force ainsi l’éviction des organismes communautaires encore présents dans le bâtiment, dont deux groupes de défense des droits des locataires de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Il s’agit d’Entraide logement, qui vient en aide aux locataires ayant des relations complexes avec leur propriétaire, ainsi que du Comité BAILS, qui aide les personnes dans le besoin à se trouver un logement social. Les deux organismes ont reçu en janvier dernier l’ordre de quitter les lieux le 1er mars, selon des échanges de courriels obtenus par Le Devoir. En négociant avec le nouveau propriétaire, les deux groupes communautaires ont réussi à reporter cette échéance au 1er juillet. Depuis, ceux-ci ont réalisé maintes recherches pour tenter de trouver un endroit où se reloger, mais le temps presse. «On trouve ça bizarre un peu», soutient Guillaume Dostaler, coordonnateur d’Entraide logement, assis dans son bureau au quatrième étage du bâtiment, où des travaux de rénovation ont déjà commencé. Les deux groupes de défense des locataires en voie d’être évincés lorgnent maintenant des locaux situés au sein du Pavillon d’éducation communautaire d’Hochelaga-Maisonneuve, plus à l’est.

Plus sur Le Devoir

Plus sur Le Devoir

image beaconimage beaconimage beacon