Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Embauché par l’ABC : Martin Bérubé fera du baseball à temps plein

logo de La Voix de l'Est La Voix de l'Est 2021-03-01 Jonathan Gagnon - La Voix de l'Est
Martin Bérubé partagera son bagage d’expérience avec les jeunes lanceurs de l’Académie de baseball du Canada l’été prochain. © ARCHIVES LA VOIX DE L’EST Martin Bérubé partagera son bagage d’expérience avec les jeunes lanceurs de l’Académie de baseball du Canada l’été prochain.

Martin Bérubé n’aura décidément pas quitté le poste de gérant des Castors d’Acton Vale pour s’éloigner du baseball. Désormais entraîneur des lanceurs au sein du programme sport-études de l’école secondaire Fadette, le Maskoutain remplira des fonctions similaires avec l’Académie de Baseball du Canada (ABC), qui rassemble les meilleurs espoirs québécois de 18 ans et moins.

«Avec ma job sur les heures d’école, mes nouvelles tâches me permettront de faire du baseball à temps plein et à longueur d’année. Pour un passionné comme moi, tu ne peux pas demander mieux», a-t-il commenté en entrevue avec La Voix de l’Est dimanche avant-midi.

Approché par Baseball Québec, Bérubé faisait partie du comité qui a dessiné les contours de la nouvelle «super ligue» de l’ABC, qui fera l’objet d’une annonce prochainement. Cette association se poursuivra l’été prochain, alors que les jeunes lanceurs du programme pourront profiter de son bagage d’expérience. Lui-même un ex-artilleur, Bérubé a évolué dans le réseau du baseball affilié durant cinq saisons avant de se joindre aux Castors en 2006.

«J’aurai un rôle de supervision pendant les matchs et les entraînements. On veut éviter que les coachs soient limités à une équipe. On préfère que le même message soit diffusé à travers l’ABC.»

La porte reste ouverte

Remplacé par Denis Lamontagne au poste de gérant, Martin Bérubé demeure néanmoins impliqué dans l’organisation des Castors. Le directeur général

Jean-François Dorais n’hésite pas à lui demander conseil.

Même si ses plages de disponibilités seront plus limitées, Bérubé n’écarte pas la possibilité de revenir comme joueur. En fait, le vétéran de 39 ans aimerait même disputer le nombre minimal de matchs pour pouvoir participer aux séries. Lamontagne a déjà confirmé que la poste reste ouverte.

«Il y aura beaucoup de monde au camp d’entraînement et je ne veux pas prendre la place de personne. Ça, c’est impossible», précise Bérubé.

«Je reviendrai seulement si on a vraiment besoin de moi.»

Publicité

Plus du journal La Voix de l'Est

La Voix de l'Est
La Voix de l'Est
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon