Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Fin de saison en clair-obscur à l’OSQ

logo de Le Soleil Le Soleil 2019-05-30 Josianne Desloges - Le Soleil
© Le Soleil, Erick Labbé

CRITIQUE / Pour clore sa 117e saison, l’Orchestre symphonique de Québec et Fabien Gabel se sont alliés à la soprano Karina Gauvin et au chœur de l’OSQ pour un programme de musique française en clair-obscur, précédé d’un tapis rouge où ont défilé des personnalités publiques invitées par les musiciens.

La première partie était d’une légèreté scintillante et cristalline alors que la seconde était d’une gravité imposante, voire tonitruante. Avec ce programme, le directeur musical de l’OSQ nous a amenés aux deux extrémités du spectre de son répertoire de prédilection.

À la suite du désistement de Lisette Oropesa, «pour des raisons de conflit d’horaire», l’OSQ a fait appel à Karina Gauvin, qui avait déjà sauvé la mise pour un autre concert cette année, en assurant au pied levé la partie de soprano dans la Messe du couronnement et la Nelsonmesse avec Les Violons du Roy.

La chroniqueuse du Soleil Mylène Moisan © Le Soleil, Erick Labbé La chroniqueuse du Soleil Mylène Moisan

Après une interprétation flûtée évoquant les humeurs du désert de l’ouverture de féerie Shéhérazade de Ravel par l’orchestre, la soprano s’est jointe aux musiciens pour le court cycle chanté du même nom et du même compositeur. Elle a livré les trois poèmes de Tristan Klingsor, sur une musique ornementée à souhait, avec une fougue de conteuse. Ce chant, presque déclamé, demande de se soumettre aux caprices des vers sans permettre les envolées qui donnent de l’éclat à la voix. Sans le texte sous les yeux, on n’en saisit que des bribes malgré toute la maîtrise vocale de la soliste. 

Ce programme remplaçait des œuvres de Berlioz et de Thomas inspirées de Hamlet autrement plus dramatiques (que devait chanter Mme Oropesa) qui auraient certainement donné une couleur beaucoup plus sombre à la soirée.

Le caricaturiste du Soleil, André-Philippe Côté © Le Soleil, Erick Labbé Le caricaturiste du Soleil, André-Philippe Côté

La première partie s’est conclue sur Clair de lune, tiré de Suite bergamasque de Debussy, une pièce souvent jouée, mais néanmoins lumineuse et pleine de raffinement. L’orchestre en a livré une interprétation élégante et tout en douceur.

L’atmosphère s’est subitement alourdie après la pause avec Psaume 136, «Super Flumina Babylonis» de Fauré, une grandiose et solennelle construction de voix (fort bien édifiée par le chœur, préparé par David Rompré) et une musique grave et théâtrale à souhait. Les quatre solistes (malheureusement non identifiés dans le programme) nous ont offert une éclaircie bienvenue.

Roland Lepage © Le Soleil, Erick Labbé Roland Lepage

Lumineuse Karina Gauvin

Psaume XLVII de Florent Schmitt a encore monté la tension dramatique d’un cran. Malgré quelques moments de haute tension massive, digne d’une scène montrant une héroïne pieds nus au bord d’une corniche abrupte un soir d’orages électriques, nous avons toutefois pu apprécier l’incroyable mélange des voix des choristes, qui semblaient enfiler les travellings et les fondus enchaînés avec une maîtrise vertigineuse. Karina Gauvin, pendant la section centrale, plus douce, voire angélique, a enfin pu déployer sa voix lumineuse et vive.

Martine St-Clair © Le Soleil, Erick Labbé Martine St-Clair

+

L’OSQ FAIT SON TAPIS ROUGE

L’Orchestre symphonique de Québec a convié plusieurs personnalités publiques de la région à défiler sur son tapis rouge avant le dernier concert régulier de sa saison 2019-2020, avec la soprano Karina Gauvin. On y trouvait entre autres : Martine St-Clair, Nathalie Leclerc, le peintre Jean Gaudreau, Mylène Moisan, André-Philippe Côté, Claude Bernatchez, Roméo Dallaire, Jacques Leblanc, Julie Lemieux, Roland Lepage, Anne-Marie Olivier, Jean Soulard et Webster. Invitées par les musiciens, ces personnalités ont à leur tour invité une personne qui n’était jamais venue voir l’OSQ en concert. La saison prochaine, les abonnés poursuivront la chaîne.

Webster (à droite) © Le Soleil, Erick Labbé Webster (à droite)
Publicité

Plus du journal Le Soleil

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon