Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

G20: un entrepreneur de Québec choisi pour représenter le Canada

logo de Le Soleil Le Soleil 2018-06-23 Henri Ouellette-Vézina - Le Soleil
Yanik est ici en compagnie de plusieurs autres délégués choisis par le Canada en vue du G20. © Tirée de Twitter, Banque de développement du Canada (BDC) Yanik est ici en compagnie de plusieurs autres délégués choisis par le Canada en vue du G20. © Fournie par Yanik Guillemette

À 35 ans, l’homme d’affaires de Québec, Yanik Guillemette, vient de recevoir tout un honneur. L’ancien étudiant du Cégep de Sainte-Foy a été nominé au titre de délégué pour représenter le Canada lors du congrès Young Entrepreneurs Alliance (YEA), qui se tiendra en marche du G20 en Argentine, du 18 au 21 septembre prochain.

Originaire de la Rive-Sud de Québec, Yanik a grandi dans le secteur de l’Ancienne-Lorette. À l’adolescence, il a entamé très tôt des études en marketing numérique au Cégep de Sainte-Foy. Peu après, il est allé acquérir un second diplôme, cette fois en ressources humaines, au Campus Notre-Dame-de-Foy.

Mais très vite, sa passion pour le milieu des affaires l’a poussé à s’exporter aux États-Unis pour poursuivre ses études universitaires. Quatre ans plus tard, le Québécois graduait en finances au prestigieux Florida State College of Business, à Tallahassee.

À son retour dans la capitale, le principal intéressé déniche un boulot chez Groupe Investors, en tant que chef du recrutement, sur le chemin Quatre-Bourgeois à Sainte-Foy. Il s’implique également de front en immobilier et dans le développement économique dans la région de Québec. Les années passent, mais progressivement, le quotidien devient difficile à gérer pour Yanik.

«Les deux et trois dernières années ont vraiment été une épreuve, une traversée du désert, où je cherchais constamment à me libérer d’un système où je travaillais tout le temps, raconte-t-il. Les banques avaient fermé le robinet du financement, mes partenaires ont presque fait faillite, ça a été une catastrophe.»

En 2015, un flash (ou une éclair de génie, en bon français) vient tout changer pour l’homme d’affaires. Yanik crée Outgo.com, une plateforme numérique entièrement dédiée à soutenir les commerces locaux et les PME dans leur virage numérique. Une aventure qui — il l’ignorait encore — allait lentement l’amener vers une présence au G20, en Argentine. 

Le déclic

Un an plus tard, l’organisme Futurpreneurs Canada, qui soutient les entreprises émergentes partout au pays, entre en contact avec l’entrepreneur pour lui fournir un peu de financement et surtout du mentorat. Une collaboration précieuse s’installe alors pour faire grandir la compagnie du Québécois.

Quelques mois plus tard, alors que les affaires vont plutôt bien pour son entreprise, le résident de Québec reçoit une invitation de l’organisme de parrainage à soumettre une candidature dans le cadre du G20 Young Entrepreneurs Alliance, un réseau mondial d'environ 500 000 jeunes entrepreneurs et des organisations qui les soutiennent.

«J’avais aucune idée de ce que c’était, mais j’ai soumis ma vidéo un peu sans savoir, j’ai raconté mon histoire», avoue l’entrepreneur. Des mois plus tard, le verdict tombe. Yanik est sélectionné, à sa grande surprise. «C’est un honneur que j’ai pris avec beaucoup d’humilité et avec le syndrome de l’imposteur qui se demande si j’ai vraiment accès à ces tribunes-là.»

Fier de son succès, Yanik estime aujourd’hui, avec le recul, avoir un témoignage et une expérience à partager au G20, en septembre prochain. «J’ai maintenant 165 PME avec moi, 15 000 utilisateurs sur ma plateforme et une équipe de 7 personnes en mode croissance. J’ai connu la réussite, mais j’ai aussi connu les moments durs à surmonter. Je pense avoir un certain message à porter pour les jeunes entrepreneurs, bien humblement.»

+

Quels enjeux en Argentine?

Dans le secteur de Riverfront Palermo, souvent qualifié de Silicon Valley argentin, 30 délégués canadiens aussi entrepreneurs accompagneront Yanik pour y rencontrer — lors de colloques, conférences et ateliers — plus de 500 hommes d’affaires (à 60%) et femmes d’affaires (à 40%), tous âgé(e)s entre 18 et 39 ans.

Les enjeux seront nombreux, promet le Québécois. «Il y a deux principaux défis cette année: cerner les besoins éducatifs pour accompagner les entrepreneurs et parler de la culture entrepreneuriale, lance-t-il. Autrement dit, comment on accompagne un entrepreneur qui se lance et comment on deal avec les défis qui se dressent devant des entrepreneurs en société.»

Au Québec, notamment, la perception du milieu des affaires n’est pas toujours idéale, selon lui, d’où la nécessité d’en discuter. 

C’est triste mais au Québec, et j’ai envie de dire particulièrement dans la ville de Québec, un entrepreneur est souvent démonisé. C’est vu comme étant un capitaliste qui fait de l’argent. On entend souvent aussi que c’est quelqu’un qui est chanceux.

Yanik Guillemette

Parler de culture entrepreneuriale revient à expliquer le quotidien de ces citoyens en marge de la société, poursuit-il, comme membres d’une économie de marché qui travaille pour tous. Cette année, le G20 aura également pour mission de faciliter l’accès à l’entreprenariat chez les jeunes, en ouvrant les cordons du financement et du mentorat.  

L’un des objectifs ultimes des partenaires canadiens, en Argentine, sera de militer pour la mise en place d’un visa inter-nations, entre les pays-membres du sommet, selon Yanik. «Le but ultime, c’est de mettre en place un document qui permettrait à un entrepreneur de faire des affaires dans tous les pays-membres du G20, sans restriction», explique-t-il à ce sujet.

D’un point de vue plus personnel, le Québécois espère de plus développer un réseau de contacts intéressant en septembre prochain, en vue de développer sa croissance économique en Europe et en Amérique latine. «J’ai suivi des cours d’espagnol intensif depuis avril deux fois par semaine. Je suis prêt», conclut-il sur le ton de l’humour. 

Publicité

Plus du journal Le Soleil

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon