Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Poursuite de 1,5 million après une plainte d’agression à McGill

Dénoncé comme un agresseur sexuel, un étudiant de l’Université McGill lance une poursuite de 1,5 million de dollars. Declan McCool a déposé une poursuite contre l’Université McGill, contre deux associations étudiantes et trois de leurs membres, contre le journal McGill Daily et trois de ses journalistes, et contre l’étudiante à l’origine de la dénonciation anonyme. Il affirme avoir été victime d’irrégularités dans le processus mis en place par les associations étudiantes de l’établissement pour enquêter sur les violences sexuelles, en plus d’avoir subi une violation de confidentialité. Il ajoute que sa réputation a été « ternie de façon irréparable ». Il a fait l’objet d’une plainte pour agression sexuelle de la part d’une étudiante de l’Université McGill à la suite d’une relation survenue durant la nuit du 25 février au 26 février 2020. Après l’événement, la jeune femme a signalé à l’Association étudiante de la Faculté d’ingénierie (AEFI) qu’elle avait été agressée par l’étudiant. La sanction contre M. McCool à la suite de la dénonciation s’est retrouvée dans un article du journal étudiant McGill Daily. Pour sa part, Declan McCool nie avoir commis une agression. Dans la poursuite, le jeune homme soutient que sa dénonciatrice a brisé sciemment les règles de confidentialité du processus dans le but de « ruiner sa réputation ». Declan McCool réclame donc la somme de 1,5 million de dollars pour les dommages à sa réputation causés par cette histoire.
image beaconimage beaconimage beacon