Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Québec utilisera finalement les tests rapides

Le gouvernement du Québec s’apprête à utiliser les tests de dépistage rapide pour détecter des cas de COVID-19 en cas d’éclosion, alors que l’arrivée des variants du virus au Québec suscite beaucoup d’inquiétude. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, dévoilera la semaine prochaine les endroits où ils seront utilisés. « Ça peut s’appliquer dans les écoles, ça peut s’appliquer dans des entreprises, a-t-il affirmé en conférence de presse jeudi. Mais ce que je vous dis c’est qu’en ce moment, on n’a rien contre, puis maintenant on est capable [de les utiliser]. » Il s’agit d’un changement de ton sur la question des tests rapides dont l’usage fait débat au sein de la communauté scientifique. Le Devoir rapportait à la fin janvier que seulement 13 000 des 2,6 millions de tests livrés par le gouvernement fédéral en octobre avaient été utilisés. Ce chiffre a augmenté quelque peu depuis. Selon le ministère de la Santé, 24 000 tests de dépistage rapide avaient été employés au 5 février, soit toujours moins de 1 % de leur nombre total.
image beaconimage beaconimage beacon