Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Une radio fantôme empoche des revenus publicitaires

logo de Radio-Canada.ca Radio-Canada.ca il y a 5 jours avec Marie-Isabelle Rochon et Patrick Butler
© Radio-Canada/Philippe Grenier

Comment une radio communautaire a-t-elle pu empocher des milliers de dollars en revenus pour des publicités qu'elle n'a jamais diffusées? C'est ce qui s'est produit avec la radio communautaire du Labrador, Rafale FM, qui n'a produit aucune programmation à Labrador City depuis 2015, selon plusieurs sources. Des agences de publicité, leurs clients et des ministères fédéraux talonnent les responsables pour obtenir des réponses.

De 2009 à 2012, le gouvernement fédéral a investi plus de 600 000 $ pour créer, à Terre-Neuve-et-Labrador, une radio francophone provinciale, diffusant à partir de Labrador City. Aujourd'hui, Rafale FM ne diffuse rien et ses studios sont à l'abandon.

Effectivement on a laissé traîner une situation qui n’était pas normale, indique Gaël Corbineau, le directeur général de la radio, joint au téléphone.

M. Corbineau est également le directeur général de la Fédération des francophones de Terre-Neuve-et-Labrador. Il affirme qu’en raison de problèmes techniques, la radio n'est plus en ondes depuis juillet 2018.

Mais de nombreuses personnes contactées par Radio-Canada à Labrador City soutiennent qu’il n’y a eu aucune programmation ni émission produite dans les studios de la radio depuis plusieurs années.

Silence à Labrador City

Le journaliste Éric Cyr fait le trajet entre Fermont et Labrador City au moins une fois par semaine depuis août 2016. Il syntonise systématiquement toutes les stations de radio dans sa voiture pour être à l’affût de l’actualité. Il n’a entendu du son à la fréquence de Rafale FM qu’une fois.

Ça fait peut-être deux ans, [...] ils faisaient des tests pendant peut-être une période d'une semaine maximum. [...]. Après ça, ça s'est arrêté, il n'y a jamais rien eu d'autre, rapporte-t-il.

Lise Boucher, une résidente de Labrador City, fait le même constat chaque mois lorsqu’elle fait des trajets en voiture.

J’ai un ancien camion qui fait le tour des postes et qui arrête automatiquement. Il n’y a rien, jamais, jamais. - Lise Boucher, résidente de Labrador City

La licence de radiodiffusion qui a été accordée par le CRTC à Rafale FM stipule que toutes les émissions doivent être diffusées à partir de la station de Labrador City. L'émetteur situé à Saint-Jean doit être utilisé uniquement pour la retransmission de la programmation de la radio de Labrador City.

© Fournis par Canadian Broadcasting Corporation

Le studio de radio à Labrador City est hébergé dans les sous-sols de l’Association francophone du Labrador.

L’ancien directeur de cette association régionale, Michel Bourbeau indique que c’est clair, net et précis qu’il n’y avait aucune activité dans ces studios pendant qu’il était en poste de septembre 2017 à décembre 2018.

Celle qui a occupé ce poste avant lui, de 2015 à 2017, Sophie Lalancette, indique aussi que les studios étaient fermés et non utilisés au moment où elle travaillait pour l’association régionale.

Les annonceurs en alerte

Différents ministères fédéraux et agences gouvernementales ont pourtant payé au cours des dernières années pour la diffusion de publicité sur les ondes de la radio Rafale FM. Walmart et Ford ont aussi acheté de la publicité à cette radio, par l'entremise d'une agence nationale.

L'agence de communication Cossette s'occupe des placements publicitaires pour plusieurs ministères fédéraux. Ottawa confirme que depuis 2015, Cossette a acheté pour plus de 10 000 $ de publicités radiophoniques à Rafale FM.

De son côté, l’Agence canadienne d’évaluation environnementale affirme qu’entre 2016 et 2018, elle a payé 3363,75 $ directement à Rafale FM pour des publicités.

Des agences publicitaires gardées dans le noir

Radio Unie Target, une agence qui vendait de la publicité pour Rafale FM, indique qu’elle a été informée à la fin du mois de mars 2019 que cette radio n’émettait plus.

Nous étions sous l’impression que CJRM était en ondes et acceptait de la publicité. Nous n’étions pas avisés que la station n’était plus en ondes. - Stephen Sienko, président, Radio Unie Target

Devon MacDonald, le président-directeur général de Mindshare, l’agence de médias torontoise qui achète les publicités pour Walmart et Ford, assure qu’il travaille avec Radio Unie Target afin de résoudre ce problème à la satisfaction de nos clients.

Je suis préoccupé par ce système qui permet une chose semblable, où les organismes de réglementation peuvent permettre cela, ajoute-t-il.

Un système fondé sur la bonne foi

Pour attester qu'une publicité a été diffusée, les radios doivent envoyer une confirmation écrite à leurs clients, selon la pratique de l’industrie. Outre cet affidavit, aucune preuve supplémentaire n'est requise.

Radio-Canada a obtenu une copie d'un affidavit signé par le directeur général de Rafale FM, Gaël Corbineau, confirmant à l'Agence canadienne de protection environnementale la diffusion de publicités entre le 7 et le 11 mai 2018. Pourtant, les témoignages recueillis par Radio-Canada démontrent que la radio n'était pas en ondes à Labrador City durant cette période.

© Fournis par Canadian Broadcasting Corporation

M. Corbineau a refusé de dire si la radio a reçu de l’argent alors qu’elle n’était pas en ondes.

Il n’y a personne qui est rémunéré pour quoi que ce soit. On a fait tous les efforts pour essayer de sauver cette radio, qu’on a maintenue à bout de bras depuis plusieurs années. Malheureusement, on a un problème technique grave qui nous a perturbé, mais aussi, des bénévoles épuisés, se désole M. Corbineau.

Un administrateur décédé

Selon le site web de Corporations Canada, l'organisme qui réglemente les sociétés de régime fédéral, le conseil d’administration de La radio communautaire du Labrador compte cinq membres.

Un de ces membres, Normand Gillepsie, est mort en février 2015.

Le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique explique qu’une organisation doit déclarer à Corporations Canada tout changement concernant les administrateurs dans les 15 jours suivant le changement et confirme que selon sa base de données, la liste des administrateurs a été renouvelée en 2017.

Le mandat d’un administrateur se termine à son décès, ajoute le ministère.

Radio-Canada a tenté de joindre les autres membres du conseil d’administration. Julie Blanchette a refusé de commenter. Ali Chaisson, Nancy Boutin et Jules Custodio n’ont pas répondu à nos demandes.

MSN vous suggère aussi:

Journée mondiale des disquaires indépendants

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon