Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Vague de menaces et d’insultes contre les députés depuis la pandémie

Vague de menaces et d’insultes contre les députés depuis la pandémie Outre la propagation de la COVID-19, la pandémie a aussi engendré une vague de menaces et d’insultes contre les députés de l’Assemblée nationale, à Québec. «Le Devoir» a voulu prendre la mesure de ce phénomène. Nous avons fait parvenir un questionnaire aux 125 députés de l’Assemblée nationale. Ils avaient le choix d’y répondre de façon anonyme ou à visage découvert. En tout, 95 ont répondu tous partis confondus et, de ce nombre, presque la totalité a dit recevoir des messages désagréables, intimidants, haineux ou menaçants sur les réseaux sociaux. Ils sont nombreux à avoir remarqué une amplification depuis le début de la pandémie à un point tel que certains filtrent les sujets qu’ils abordent en ligne. Le tiers des répondants ont indiqué avoir déjà contacté les autorités après avoir reçu un commentaire sur les réseaux sociaux: 20 % l’ont fait une fois et 12 % ont porté plainte à plusieurs reprises. Le quart des élus qui ont répondu à notre questionnaire disent recevoir ce genre de message tous les jours, 35 % plusieurs fois par semaine et 17 % plusieurs fois par mois. Les mesures sanitaires, l’environnement, l’immigration, la laïcité et les sujets touchant la condition féminine servent souvent de détonateur pour une déferlante de commentaires haineux. «On a beau avoir une carapace, nous sommes des êtres humains ; lorsque l’on rentre chez nous à la fin de la journée, ce sont des choses qui nous atteignent, qu’on le veuille ou non.» —Le député libéral Frantz Benjamin

VIDÉO SUIVANTE

VIDÉO SUIVANTE

image beaconimage beaconimage beacon