Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Baisse de salaires: Barrette met les médecins au défi

logo de Le Devoir Le Devoir 2018-02-28 Isabelle Porter

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette met au défi les médecins qui le souhaitent de renoncer à leurs augmentations de salaire. Or, il doute que cela aboutisse parce que seulement une minorité sont vraiment prêts à une telle concession.

« Si les médecins collectivement sentent aujourd’hui un malaise moral face à cette situation-là au point de virer leur position de bord, je peux vous garantir que je vais l’utiliser ailleurs », a-t-il déclaré mercredi alors que les journalistes le faisaient réagir à la sortie du Regroupement des médecins omnipraticiens pour une médecine engagée (ROME).

Mardi, le ROME proposait de soumettre les hausses consenties aux médecins à un nouveau vote pour les allouer plutôt à l’amélioration du système de santé.

« Cet argent-là, c’est sûr que si j’en disposais, je pourrais faire un certain nombre de choses supplémentaires », a ajouté le ministre, en ajoutant que « 100 % » des sommes ainsi libérées seraient investies dans les soins.

Marginaux comme Québec solidaire

M. Barrette a toutefois laissé entendre par la suite que les médecins prêts à se priver des hausses étaient des marginaux au sein de la profession. « Savez-vous c’est quoi le membership du ROME ? », a-t-il lancé à une journaliste qui lui a rétorqué qu’il comptait 600 membres.

Gaétan Barrette © Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Gaétan Barrette

« C’est beaucoup, hein, sur 10 000 ! C’est ça, la réalité. […] Le ROME, le MQRP [Médecins québécois pour le régime public], je les connais bien, ces organisations-là. Ce sont des organisations marginales. […] Vous savez, un médecin qui est en accord avec ce genre de position-là, il est à Québec solidaire actuellement. Est-ce que vous trouvez qu’il représente la majorité le Dr [Amir] Khadir ? ».

Avec la collaboration de Marie-Michèle Sioui

Publicité

Plus de Le Devoir

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon