Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Bissonnette aurait pu faire encore plus de victimes

logo de Le Devoir Le Devoir 2018-04-12 Isabelle Porter

N’eût été l’incapacité d’Alexandre Bissonnette à faire fonctionner l’une de ses armes, la tuerie aurait pu être encore plus meurtrière, révèlent des documents présentés par la Couronne lors des observations sur la peine jeudi.

Le soir du 29 janvier 2017, il a tiré à plus de 40 reprises avec un pistolet Colt 9 mm. Or, il avait aussi en sa possession une carabine semi-automatique qui n’a jamais fonctionné. Cette arme contenait 29 balles.

À son arrivée au Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), c’est d’abord la carabine qu’Alexandre Bissonnette a pointée en direction des victimes, mais l’arme s’est enrayée. C’est alors qu’il a sorti un pistolet de son manteau et poursuivi son funeste dessein.

Lors des perquisitions, les policiers ont découvert quatre autres fusils et carabines semi-automatiques chez ses parents. Ils ont également trouvé une boîte de balles vide dans la table de chevet du meurtrier.

Alexandre Bissonnette avait par ailleurs un permis d’armes à feu qui a été présenté en preuve. Toutefois, au moins une des armes qu’il possédait était illégale au Canada, a souligné le procureur.

Il devait reprendre le travail le lendemain

Le ministère public a présenté jeudi des dizaines de photos de documents, dont le formulaire d’arrêt de travail d’Alexandre Bissonnette. En décembre, un médecin l’avait placé en arrêt de travail complet pour « troubles anxieux ». Il devait reprendre le travail le lundi 30 janvier, le lendemain de la tragédie.

Alexandre Bissonnette a plaidé coupable aux douze chefs d’accusation pesant sur lui, soit six de meurtre prémédité et six de tentative de meurtre avec une arme à feu à autorisation restreinte. © Mathieu Bélanger Archives La Presse canadienne Alexandre Bissonnette a plaidé coupable aux douze chefs d’accusation pesant sur lui, soit six de meurtre prémédité et six de tentative de meurtre avec une arme à feu à autorisation restreinte.

L’homme de 28 ans a plaidé coupable aux accusations de meurtres qui pesaient contre lui. Le tribunal doit maintenant déterminer la durée de sa peine d’emprisonnement, et c’était au tour de la Couronne de commencer à présenter ses arguments cette semaine.

D’autres détails suivront. 

Publicité

Plus de Le Devoir

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon