Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Guy Nantel peaufine sa candidature à la chefferie du PQ

logo de Le Devoir Le Devoir 2020-01-10 Mylène Crête
L’humoriste Guy Nantel pourrait avoir de la difficulté à conjuguer une campagne à la direction du PQ et son calendrier de tournée, rempli jusqu’au 20 juin. © Groupe Entourage L’humoriste Guy Nantel pourrait avoir de la difficulté à conjuguer une campagne à la direction du PQ et son calendrier de tournée, rempli jusqu’au 20 juin.

L’humoriste Guy Nantel est le plus sérieux du monde. Il a effectué des démarches auprès de militants péquistes au cours des dernières semaines pour l’aider à faire un choix : doit-il ou non tenter sa chance pour devenir le prochain chef du Parti québécois (PQ) ? Il cherche notamment à savoir s’il pourrait conjuguer sa tournée de spectacle avec le calendrier de la course à la direction.

L’un de ces militants est Christian Généreux, le président de l’association de circonscription de Sainte-Marie—Saint-Jacques. Il a lancé un groupe Facebook, à titre personnel, en appui à la candidature de Guy Nantel. Ce groupe compte aujourd’hui quelque 600 membres.

« On s’est parlé à quelques occasions, a-t-il révélé en entrevue au Devoir. Je lui ai parlé un petit peu de comment ça marche à l’interne du Parti québécois. »

Les deux hommes se sont aussi rencontrés pour discuter de pistes de réflexion comme les implications d’être chef d’un parti politique, de se faire élire comme député et l’incidence que ces nouveaux rôles pourraient avoir sur son mode de vie.

Connu pour son humour à saveur politique et sociale, Guy Nantel a également publié un livre documenté, en 2017, qui porte sur l’indépendance du Québec et son histoire. Dans cet ouvrage intitulé  Je me souviens… de rien, il plaide pour la souveraineté. C’est l’un des facteurs qui rendent sa candidature intéressante, selon Christian Généreux.

« Premièrement, c’est un citoyen engagé, a-t-il remarqué. Il est intelligent, il connaît très bien son histoire du Québec. Il a aussi la faculté de bien communiquer l’information, il n’a pas la langue de bois — que je trouve rafraîchissant — et il ne connaît pas le monde politique à l’interne, donc la politicaillerie, il n’est pas là pour ça. »

D’autant plus que sa notoriété pourrait attirer l’attention sur le parti aujourd’hui relégué au statut de troisième groupe d’opposition.

Or, l’humoriste pourrait avoir de la difficulté à conjuguer une campagne à la direction et son calendrier de tournée qui est rempli jusqu’au 20 juin. Le choix du prochain chef du PQ doit avoir lieu le 19 juin, selon la proposition de règlement récemment présentée par l’exécutif national. La date doit être approuvée le 1er février par une conférence de coordination formée des membres de l’exécutif, des 9 membres du comité national des jeunes et des 18 présidents de région.

« C’est sûr et certain qu’il y aurait une gymnastique d’horaire à faire, a reconnu M. Généreux. Donc, ça aussi, c’est une autre affaire à réfléchir. Quand on regarde le calendrier, est-ce que c’est faisable, est-ce que c’est possible ? »

Questions inusitées

Sa candidature soulèverait d’autres questions inusitées, selon l’ancien président du PQ, Raymond Archambault, qui avait agi à titre de président d’élection lors de la dernière course à la direction péquiste en 2016.

« Toutes les activités d’un candidat pendant une course à la direction sont considérées comme des dépenses de campagne, a-t-il expliqué. Alors, s’il donne un spectacle pendant la campagne à la direction du parti, est-ce que c’est considéré comme une dépense ? Combien ça vaut un spectacle ? Est-ce que la publicité du spectacle en elle-même est considérée comme une dépense d’élection ou non ? Ça, c’est au parti à déterminer ça. »

Il estime toutefois que la candidature de l’humoriste « mettrait du piquant » dans la course. « C’est plus qu’un clown, a-t-il dit. C’est quelqu’un qui a une réflexion politique et aussi qui dans ses entrevues avec les chefs de parti lors de la dernière campagne électorale savait poser les bonnes questions et savait répondre aux questions que pouvaient lui poser les candidats. »

M. Nantel avait notamment réalisé l’un de ses fameux vox pop avec François Legault. L’humoriste n’a pas accordé d’entrevue au Devoir. Il a toutefois abordé la question d’une éventuelle entrée en politique, lundi, au micro de Sophie Durocher sur QUB Radio.

« J’ai eu beaucoup d’intérêt de personnes qui sont impliquées de très près ou de moins près — mais quand même d’assez proche — dans différents départements de la “business” souverainiste, voire PQ, a-t-il affirmé en ajoutant avoir trouvé le tout flatteur. Et puis, il y a toute la conjoncture de ma tournée qui se termine et je me dis que ça adonne bien aussi […].» Il attend toutefois de connaître les règles finales avant de faire son choix.

Publicité

Plus de Le Devoir

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon