Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Laurentienne : l’Ontario offre d’acheter des propriétés d’une valeur de 53,5 M$

logo de Radio-Canada.ca Radio-Canada.ca 2022-05-25 CBC/Radio-Canada

Dans sa plus récente demande au tribunal dans le cadre de sa restructuration, l’Université Laurentienne indique que le ministère des Collèges et Universités lui a offert d’acheter des terrains ou des bâtiments, d’une valeur totale de 53,5 millions de dollars, pour l’aider à payer ses dettes.

Les documents présentés à la cour montrent que l’Université Laurentienne fait face à des réclamations d’un total de 360 millions de dollars.

La province remplace également un prêt de 35 millions de dollars accordé plus tôt à l’Université par un prêt à plus long terme, dont les détails sont encore en discussion.

La Laurentienne souhaite que la province place au sommet de sa liste d’achat les bâtiments utilisés par l’Université de l’École de médecine du Nord de l’Ontario (EMNO), qui est récemment devenue la première université autonome de médecine au Canada.

Dans le document présenté à la cour, le recteur de l’Université Laurentienne, Robert Haché, précise que l’Université de l’EMNO occupe deux bâtiments du campus.

La Laurentienne n’a pas spécifié d’autres priorités quant aux propriétés qu’elle souhaite céder à la province.


Vidéo: Ce que la «loi 96» modifie… et quand (Le Devoir)

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

L’Université mène une évaluation de ses propriétés dans la cadre de sa restructuration sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

Des membres de la communauté universitaire et des résidents de Sudbury craignent que le réseau de sentiers qui entoure le campus ou l'historique manoir Bell soient vendus.

Le manoir Bell Rock abrite la Galerie d'art de Sudbury. © Mathieu Allard/Radio-Canada Le manoir Bell Rock abrite la Galerie d'art de Sudbury.

La Laurentienne précise que l’entente avec le ministère des Collèges et Universités lui permet de continuer d’utiliser les lieux qui seront vendus, ce qui n’aurait pas été possible si les actifs avaient été vendus à une tierce partie.

Un juge a approuvé la demande de prolongation de la protection sous la LACC, qui s’étend maintenant jusqu’au 30 septembre, soit un total de 20 mois.

L’Université sera de retour en cour à la fin de juin pour planifier une rencontre avec ses créanciers.

Publicité

Plus de Radio Canada

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon