Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Curling: saison terminée pour Alma et Kénogami

logo de Le Quotidien Le Quotidien 2021-01-20 Johanne Saint-Pierre - Le Quotidien
Les dirigeants du club de curling Kénogami ont décidé de mettre un terme à la saison en raison des coûts importants liés à l’opération des lieux sans avoir la certitude d’une reprise suffisante des activités. Le club Riverbend d’Alma a aussi pris la même décision. Ci-haut, le président du club Kénogami, Frank Moffatt, lors du début de la saison. © ARCHIVES LE QUOTIDIEN, ROCKET LAVOIE Les dirigeants du club de curling Kénogami ont décidé de mettre un terme à la saison en raison des coûts importants liés à l’opération des lieux sans avoir la certitude d’une reprise suffisante des activités. Le club Riverbend d’Alma a aussi pris la même décision. Ci-haut, le président du club Kénogami, Frank Moffatt, lors du début de la saison.

À l’instar d’autres clubs au Québec, deux des sept clubs de curling de la région, le club Kénogami et le club Riverbend d’Alma, ont décidé de mettre un terme dès maintenant à la présente saison en raison de coûts importants liés à l’entretien des glaces et à l’incertitude d’une éventuelle reprise des activités. Ceux de Chicoutimi, Port-Alfred, Roberval, Saint-Félicien et Dolbeau-Mistassini préfèrent attendre le 8 février pour connaître les nouvelles directives gouvernementales avant de prendre une décision.

Au club Kénogami, qui célèbre son centenaire, les dirigeants ont hésité longuement avant de mettre fin à la saison, mais les coûts engendrés pour maintenir les lieux en opération et l’absence de revenus provenant des cotisations des membres, des tournois et autres ne leur ont pas laissé vraiment le choix. C’est finalement la majorité du conseil d’administration qui a voté en faveur de la fin des activités. Dès jeudi, les compresseurs ont été éteints et la fonte des glaces est en cours.

« On a parlé à beaucoup de membres. Certains nous ont dit qu’on aurait dû attendre au 8 février avant de prendre notre décision, d’autres ont dit que nous avions pris la bonne décision. Au début de la saison, on a perdu 30% des membres, rappelle le président Frank Moffatt. Si on en avait perdu encore 10-15%, ça aurait été difficile de garder le club ouvert pour une trentaine de personnes. »

Déjà que l’arrêt des activités lorsque la région est passée en zone rouge avait eu l’effet d’une douche froide sur l’organisation qui compte quelque 225 membres, le reconfinement jusqu’au 8 février et une possible extension n’incitaient pas à l’optimisme pour une saison de curling qui se termine vers la mi-avril. Plusieurs membres étaient aussi frileux de revenir au club et préféraient attendre d’être vaccinés.

Les dirigeants ont donc limité les dépenses au maximum et ont entrepris les démarches pour s’inscrire aux différents programmes d’aide gouvernementale mis de l’avant. Ils ont aussi pu compter sur l’appui de bénévoles. « On devrait être correct pour repartir la saison prochaine, même si on n’aura pas beaucoup d’entrées d’argent. »

Point positif, plusieurs membres qui avaient déjà payé leur cotisation n’ont pas réclamé le remboursement et leur versement sera donc déjà fait pour la saison prochaine. Pour les remercier, les dirigeants les exempteront de l’augmentation. Malgré les perturbations de la saison, le président ne s’attend pas à perdre beaucoup de membres. « Je pense que nous aurons des membres fidèles qui vont avoir hâte de jouer! », estime-t-il.

À l’instar d’autres clubs de curling au Québec, les clubs de Kénogami et d’Alma ont mis fin à leurs activités pour la saison. Le président de l’Association régionale des amateurs de curling, Richard Wilson, a toutefois confiance que les clubs de la région sauront se relever de cette saison difficile. © ARCHIVES LE QUOTIDIEN, MICHEL TREMBLAY À l’instar d’autres clubs de curling au Québec, les clubs de Kénogami et d’Alma ont mis fin à leurs activités pour la saison. Le président de l’Association régionale des amateurs de curling, Richard Wilson, a toutefois confiance que les clubs de la région sauront se relever de cette saison difficile.

Quant aux célébrations du centenaire, elles seront reportées. « C’est malheureux. C’est comme pour les rénovations (de la bâtisse); on n’a pas eu de nouvelles du PAFIRS (Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives). On se dit que ceux dont les projets ont été refusés ont reçu une lettre. Nous, on n’en a pas reçu, alors on garde encore espoir », mentionne M. Moffatt.

Riverbend

Au club Riverbend d’Alma, la saison n’aura jamais vraiment pris son envol, puisque peu avant l’ouverture, la région est passée en zone rouge. Et en présumant que les clubs pourraient rouvrir le 8 février, les glaces n’auraient pas été prêtes avant le 15. Mais ce qui a fait pencher la balance pour le conseil d’administration, c’est que plusieurs membres rencontrés n’avaient pas l’intention d’être de retour avant la saison prochaine.

Le club a bien sûr réduit ses dépenses au maximum et fait les démarches pour accéder aux programmes d’aide gouvernementale. « On a eu un prêt et c’est ce qui va nous aider à passer à travers cette année, parce qu’on n’a aucun revenu. Pas de revenus de membres, de bar ni de tournois. C’est sûr et certain que nous allons faire un déficit », estime la présidente Sylvie Robitaille.

Certains avaient payé leur cotisation et ont offert de le laisser au club pour l’an prochain plutôt que de demander un remboursement. Les membres du CA prendront prochainement une décision à ce sujet, car cela commande une gestion plus importante.

Aide gouvernementale

Côté finances, il reste encore certains impondérables provenant de programmes gouvernementaux, dont une subvention qui sera confiée aux Unités de Regroupement Loisirs et Sports (URLS) du Québec justement pour venir en aide aux associations et clubs régionaux. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la DG du RLS, Annie Bigras, assure que son organisme est très au fait de la problématique financière des clubs de curling. Elle espère que d’ici le 31 mars, le RLS aura en main les balises qui permettront aux clubs de pouvoir ensuite acheminer leurs demandes d’aide.

Président de l’Association des amateurs de curling du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Richard Wilson a confiance que les clubs de la région vont passer à travers cette saison difficile. Des démarches sont faites pour aider les clubs à se prévaloir de l’aide gouvernementale disponible.

« Si chacun des clubs peut au moins réussir à payer ses frais fixes, le reste c’est tel que tel. Il y a des programmes intéressants, mais rien de scellé. »

Toutefois, la situation des clubs de la région varie puisque certains relèvent du municipal, alors que d’autres sont privés. « Il y a des clubs pour qui ce ne sera pas facile », a-t-il convenu.

Publicité

Plus du journal Le Quotidien

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon