Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Début de la consultation sur le projet de loi 21

Le ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette, nie avoir travesti le rapport Bouchard-Taylor, qui préconisait en 2008 l'interdiction du port des signes religieux aux employés de l'État en position coercitive, mais pas aux enseignants. L'étude de son controversé projet de loi 21 sur la laïcité a débuté mardi, à l'Assemblée nationale. Selon M. Jolin-Barrette, le projet de loi 21 est «modéré, pondéré et surtout, applicable». Il inclut une clause de droits acquis pour les employés actuels et une clause dérogatoire pour le soustraire à d'éventuelles contestations judiciaires. Le Parti libéral du Québec (PLQ) et Québec solidaire (QS) ont réitéré mardi leur opposition au projet de loi. Le Parti québécois, lui, propose d'élargir sa portée, pour qu'il interdise le port de signes religieux aux éducatrices en services de garde et aux enseignants dans les écoles privées. Bien que plusieurs comptent proposer des amendements en cours de route, le ministre Jolin-Barrette a dit tenir à l'entièreté de son projet de loi.
image beaconimage beaconimage beacon