Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les mots de la crise sanitaire

Les mots de la crise sanitaire Témoignant de la pandémie qui a pris d’assaut la planète l’an dernier, notre vocabulaire s’est peu à peu adapté à la réalité de la crise sanitaire qu’elle a engendré. Dans sa nouvelle édition du «Petit Robert», le célèbre dictionnaire fera l’ajout de certains mots qui remplissent désormais notre quotidien. En voici une sélection. Le mot COVID en est la plus marquante addition. Le nom est désigné comme pouvant être employé au masculin ou au féminin. Faisant suite aux multiples mesures de réouverture ayant suivi de stricts confinements partout dans le monde, les mots «déconfinement» ainsi que «déconfiner» font aussi leur apparition. À la discipline de télémédecine s’ajoute maintenant un mot pour désigner une consultation à distance: une «téléconsultation». D’autres mots ont aussi été mis à jour afin de mieux coller à la réalité de la COVID-19. Notamment, la définition du mot «distanciation» a aussi été modifiée afin d’y inclure la distanciation sociale, ou physique, pour des motifs sanitaires. Par ailleurs, la langue française s’adaptera désormais à la nouvelle réalité numérique de l’ère d’Internet, ajoutant des mots comme «tech», «bot», «cloud», «blacklister» ou encore «télétravailler», un autre mot-clé de la crise sanitaire. Bonne nouvelle pour les fans de «ringuette»: le sport intègre aussi les pages du «Petit Robert» cette année. Un autre mot propre au Québec fait aussi son entrée, «se désâmer», et une mise à jour sera faite au mot «bête» pour y inclure son usage familier québécois.
image beaconimage beaconimage beacon