Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le plan d'aide d'Ottawa bien reçu même si des questions persistent

logo de La Presse canadienneLa Presse canadienne 2020-03-27 La Presse canadienne
© THE CANADIAN PRESS/Sean Kilpatrick

MONTRÉAL, Ont. — Même s'il y a des modalités à clarifier, le bouquet de mesures dévoilé vendredi par le gouvernement Trudeau pour aider les petites et moyennes entreprises (PME) à traverser la période de turbulences provoquée par la pandémie de la COVID-19 a reçu un accueil favorable de la part d'associations patronales.

Ottawa compte subventionner 75 % des salaires des travailleurs de ces compagnies — par rapport à 10 % auparavant — dans le cadre d'une mesure rétroactive au 15 mars.

Un élargissement du crédit sera également offert aux compagnies, qui pourront également profiter d'un répit en matière d'obligations fiscales.

Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) a accueilli «très favorablement» les mesures, mais l'association a toutefois hâte de connaître les détails du plan d'aide.

Les plus populaires sur MSN Québec 📢
COVID-19: Les salaires des employés de PME subventionnés à 75 pour cent
Julie Perreault explique son départ de L'Échappée
Le Mexique incite la population à sortir de chez elle
COVID-19: toutes les nouvelles

Sa présidente-directrice générale, Véronique Proulx, s'est notamment demandé quelles étaient les conditions d'admissibilité et s'il y avait un plafond en ce qui a trait à la subvention salariale, qui était réclamée depuis plusieurs jours.

Au niveau fédéral, une PME compte 500 employés et moins, a-t-elle fait remarquer, ce qui laisse entendre que des entreprises comme Bombardier, BRP et CAE, qui ont effectué d'importantes mises à pied temporaires, n'auraient pas droit aux coups de pouce annoncés.

Par l'entremise d'une série de messages sur les réseaux sociaux, le président et chef de la direction de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), Dan Kelley, a également posé une série de questions, entre autres quant à la durée des mesures dévoilées.

Il a écrit avoir reçu des messages d'entreprises qui se disent prêtes à «réengager leurs employés mis à pied».

Publicité
Publicité

Plus sur La Presse canadienne

Chargement en cours...

XD Load Error

image beaconimage beaconimage beacon