Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Recrutement intensif dans les restaurants en vue du déconfinement

logo de Le Devoir Le Devoir 2022-01-26 Roxane Léouzon
En raison d’un mois de fermeture de leurs salles à manger, de nombreux restaurateurs ont perdu des employés. © Graham Hughes La Presse canadienne En raison d’un mois de fermeture de leurs salles à manger, de nombreux restaurateurs ont perdu des employés.

Soulagés, les restaurateurs québécois apprennent qu’ils pourront rouvrir leurs salles à manger dès lundi prochain. Ils amorcent maintenant une recherche intensive d’employés pour remplacer ceux qu’ils ont perdus pendant le dernier mois.

Mourad Fhal fait partie des nombreux propriétaires de restaurant qui ont publié cette semaine des offres d’emploi pour trouver des serveurs et des cuisiniers. Sur les 12 personnes qui constituaient son équipe du bistro L’Évidence avant la fermeture au 31 décembre, 4 ne reviendront pas au bercail.

« Il y a des gens qui étaient là depuis quatre ou cinq ans », se désole le restaurateur du Plateau Mont-Royal.

Cette troisième fermeture en moins de deux ans aurait détruit la foi de plusieurs travailleurs en l’avenir de leur métier. « Cette fois-ci a été pire que les autres », constate M. Fhal.

Pour l’instant, M. Fhal n’a pas reçu de curriculums vitae. La situation est similaire à la pizzeria Monza, dans le quartier DIX30, à Brossard. « Avant, on engageait des serveuses avec deux ou trois ans d’expérience. Maintenant, même sans expérience, on va les engager et les former. On n’a donc plus la même qualité de service », a admis le propriétaire, Alexandre Shamas.


Vidéo: Québec annonce de nouveaux resserrements des mesures sanitaires (Le Devoir)

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

De son côté, Benjamin Cadieux, à la recherche d’un poste en restauration, dit avoir reçu en une journée une dizaine de messages de restaurateurs prêts à le recruter. Certains lui ont offert un poste sans même demander son CV ou de le rencontrer. « Ça démontre simplement à quel point certains proprios ont désespérément besoin d’employés, a-t-il indiqué. Je vais faire mon choix en fonction de l’emplacement et de l’ambiance du restaurant. »

Les restaurateurs sont toutefois très heureux de faire renaître leur salle à manger. Selon l’Association Restauration Québec (ARQ), cet assouplissement progressif, à 50 % de capacité et restreint à quatre personnes ou deux bulles, est acceptable.

« On est contents d’avoir la nouvelle presque une semaine d’avance, ce qui permet de s’organiser un peu mieux, comparativement à une annonce faite 24 ou 48 heures plus tôt, comme par le passé », a indiqué Philippe Robert, gérant du Limoges 67 Steakhouse, à Terrebonne.

Ils pourront accueillir des couples à la Saint-Valentin. « On a commencé à prendre les premières réservations pour le samedi 12 [février]. C’est une fin de semaine qui sera très occupée », s’est réjoui Richard Bastien, copropriétaire des restaurants gastronomiques Leméac et Monarque à Montréal.

Le propriétaire du bistro L’Entre2, Dominic Marcheterre, a poussé mardi un immense soupir de soulagement. Pour que son commerce survive au mois de janvier, il a pu bénéficier des largesses de son propriétaire en ce qui concerne le loyer. Il a aussi dû vendre sa voiture pour obtenir des liquidités.

Il faut dire que le menu pour emporter d’un grand nombre de restaurateurs n’a pas connu un succès satisfaisant. « Nos commandes pour emporter ont été deux fois moins populaires que lors de la fermeture précédente (d’octobre 2020 à mai 2021) », a dit Philippe Robert. Les restaurateurs estiment qu’il serait inacceptable de fermer à nouveau les restaurants. « Il faut trouver d’autres solutions, il faut réfléchir à comment gérer notre capacité hospitalière sans fermer les salles à manger dès que la situation sanitaire devient critique, a affirmé le vice-président aux affaires publiques de l’ARQ, Martin Vézina. Il y a eu déjà beaucoup de désespoir, une autre fermeture serait catastrophique. »

Pour ce qui est des boîtes de nuit et des bars qui n’offrent pas de nourriture cuisinée, la Nouvelle Association des bars du Québec souhaiterait que le gouvernement annonce leur réouverture le 10 février. Ces établissements pourraient ainsi bénéficier de l’aide aux entreprises en région en alerte maximale en février et en mars. Ils pourraient aussi être ouverts pour le Super Bowl, grand-messe du football américain.

Publicité
Publicité

Plus de Le Devoir

Chargement en cours...

XD Load Error

image beaconimage beaconimage beacon