Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le coronavirus met des manufacturiers sur le qui-vive

logo de Le Devoir Le Devoir 2020-03-20 François Desjardins
Les consommateurs se font rares, chez les détaillants encore ouverts. © Olivier Zuida Le Devoir Les consommateurs se font rares, chez les détaillants encore ouverts.

Les entreprises manufacturières ne font pas face à une situation critique pour l’instant, mais le secteur multiplie les efforts pour gérer le casse-tête des mesures sanitaires et prévoir ce que les prochains jours réservent au chapitre des relations avec les clients. Car certaines approvisionnent le commerce de détail, où de nombreuses enseignes ont choisi de réduire leurs heures ou se concentrent simplement sur le commerce en ligne.

 

« Les gens sont bien sûr préoccupés, mettent en place des plans de contingence, mais il n’y a pas une grande proportion qui pour l’instant a vu son carnet de commandes baisser ou qui a beaucoup d’employés affectés. Cela étant dit, tous s’attendent à ce que ça évolue rapidement dans les prochains jours », a dit jeudi Véronique Proulx, p.-d.g. des Manufacturiers et exportateurs du Québec, un regroupement d’environ 1100 entreprises.

 

« Par exemple, ceux qui fabriquent des produits de consommation commencent à le ressentir, parce que nécessairement les gens ne vont plus chez Canadian Tire ou Home Depot pour acheter des choses. Des détaillants cherchent des façons de se sortir de leurs ententes contractuelles avec ces manufacturiers », a affirmé Mme Proulx. Les fournisseurs de pièces automobiles « vont être affectés à très court terme », également, tout comme ceux qui alimentent le secteur pétrolier de l’Ouest canadien.

« Chaque enseigne a sa stratégie là-dessus, ce qui est aussi le cas chez les marchands indépendants », a dit Jean-François Belleau, directeur des relations gouvernementales au Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) pour le Québec, lorsque Le Devoir l’a contacté. « Ce qui a été commandé et qui peut être payé va être probablement pris et payé. Ce qui est dans les comptes payables, mais sans clientèle dans le magasin, ça fait partie des éléments pour lesquels on a recherché l’aide financière du gouvernement. » Cette aide permettra aux magasins de payer la marchandise tout en couvrant leurs frais fixes.

 

Pour la suite, « ça va vraiment dépendre de l’évolution des choses », a dit M. Belleau. Satisfait de l’action des gouvernements, le CCCD souhaite d’ailleurs que les emplois reviennent après la crise, a-t-il ajouté, mais aussi que les plus petits détaillants survivent eux aussi, sinon le consommateur « ne serait pas gagnant ».

 

Créneau industriel

 

Dans le secteur industriel, Airbus a indiqué que le site de Mirabel est « ouvert et fonctionnel », bien qu’une série de mesures sanitaires et préventives aient été mises en place, notamment sur la quarantaine d’employés qui reviennent de l’étranger et sur l’identification d’employés désignés pour le télétravail. Dès lundi, les employés de production seront répartis en deux groupes afin « d’avoir un écart d’au moins une heure entre les groupes pour éviter qu’ils ne se croisent […], en plus de permettre le nettoyage rigoureux des aires communes ». Sur la question de mises à pied temporaires, la compagnie a indiqué qu’il est trop tôt pour aborder cette question.

 

Chez CBR Laser, une entreprise de 1000 employés spécialisée dans la découpe de métal dans le Centre-du-Québec, les postes de travail et le contrôle des machines sont nettoyés toutes les deux heures, on a suspendu les rendez-vous qui peuvent plutôt se faire par téléphone ou par vidéoconférence et on a instauré des protocoles pour les camionneurs, qui font entre 20 et 25 livraisons par jour. « On n’a pas fait de mises à pied », dit son directeur général, François Caron. « Est-ce que ça va venir ? C’est le marché qui va le dire », si ce n’est pas tout simplement une décision « de quelqu’un plus haut placé » imposant une quarantaine.

Publicité
Publicité

Plus de Le Devoir

image beaconimage beaconimage beacon