Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Deux nuits dehors pour un passeport

Deux nuits dehors pour un passeport Des voyageurs craignent de ne pas obtenir à temps leur passeport malgré deux nuits passées dehors, dans l’impressionnante file d’un bureau fédéral de Montréal qui a dû faire appel aux policiers pour ramener le calme auprès de demandeurs excédés par les délais. Loin de s’améliorer, les délais pour obtenir un passeport au bureau de Saint-Laurent, à Montréal, atteignent de nouveaux records, allant jusqu’à provoquer des éclats de frustration. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) confirme avoir été appelé vers 15h30, mardi, pour calmer le jeu lors d’un «conflit» au point de service situé sur boulevard Marcel-Laurin. Des personnes de la file d’attente seraient devenues agressives, mécontentes de l’attente interminable. D’autres personnes ont tenté d’en dépasser d’autres dans la file d’attente, suscitant l’ire des autres futurs voyageurs. D’autres ont usé d’un stratagème en envoyant une seule personne patienter, rejointe plus tard par cinq ou six de ses connaissances dans les derniers moments d’attente. Encore une fois, ces passe-droits n’ont pas manqué de soulever les passions de citoyens déjà excédés. Certains ont même flairé la bonne affaire en proposant de se mettre dans la queue pour autrui moyennant un salaire de 30$ à 50$ de l’heure, selon des annonces publiées en ligne. Après avoir soutenu lundi devant le Parlement que «les gens peuvent se présenter [au bureau des passeports] 45 jours avant de voyager», la ministre fédérale Karine Gould, responsable de la gestion des passeports, a nuancé son affirmation le lendemain. «Chaque bureau doit gérer la situation qu’ils ont, et notre priorité, c’est d’assurer que les gens ne perdent pas leur vol, qu’ils peuvent réaliser leur voyage», a-t-elle indiqué. Elle s’est tout de même dite «surprise» que des bureaux des passeports, dont celui de Saint-Laurent, exigent une preuve de voyage dans les 48 heures pour servir les citoyens qui s’y présentent, en contradiction avec l’information disponible sur le Web. Le site Web du bureau des passeports de Saint-Laurent indiquait toujours que l’attente y était de 3h45, mercredi. Il fallait plutôt compter 30 heures d’attente, selon les estimations de témoins sur place.

VIDÉO SUIVANTE

VIDÉO SUIVANTE

Plus sur Le Devoir

Plus sur Le Devoir

image beaconimage beaconimage beacon