Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Donald Trump mis au centre d’une conspiration antidémocratique

États-Unis | Donald Trump mis au centre d’une conspiration antidémocratique Le président de la commission américaine chargée de faire la lumière sur l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021 n'a pas mâché ses mots jeudi en ouverture de la première audience publique du comité. Le démocrate Bennie Thompson a tenu l’ex-président américain pour responsable de l’attaque du dôme de la démocratie américaine ce jour-là, qualifiant l'événement de rien de moins que du «point culminant d’une tentative de coup d’État». « Notre travail doit faire bien plus que de regarder en arrière. Car notre démocratie reste en danger. Le complot visant à contrecarrer la volonté du peuple n’est pas terminé. » - Bennie Thompson, président de la commission La commission a remonté le fils des événements, mais aussi exposé des témoignages montrant que l’entourage de Donald Trump a, à maintes reprises, tenté de le convaincre qu’il n’avait pas remporté les élections et que ces prétentions de fraudes étaient infondées. De son côté, le populiste a réitéré son soutien aux émeutiers en clamant que «le 6 janvier n’était pas une simple manifestation». Pour lui, l’attaque du Capitole reste «le plus grand mouvement de l’histoire de notre pays pour rendre l’Amérique encore plus grande», a-t-il écrit sur sa plateforme sociale Truth. « Ce que le public américain pense [de ces] événements suit en grande partie les lignes partisanes. Les démocrates les voient comme un acte séditieux, une insurrection, alors que les républicains ne voient rien de plus qu’une forme de protestation légitime. » - Steven Webster, politicologue spécialiste du comportement des électeurs à l’Indiana University Signe de rupture: le début de ces audiences publiques a été diffusé par l’ensemble des grands réseaux de télévision américains, à l’exception de la station la plus regardée au pays, Fox News. Quelque 800 personnes font face à des accusations criminelles en lien avec les émeutes. À ce jour, plus de 300 personnes ont plaidé coupables, en grande partie à des délits passibles de plus d’un an de prison.

VIDÉO SUIVANTE

VIDÉO SUIVANTE

Plus sur Le Devoir

Plus sur Le Devoir

image beaconimage beaconimage beacon