Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Duhaime se joint à un groupe antitramway… sans son accord

Duhaime se joint à un groupe antitramway… sans son accord Le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a voulu s’associer publiquement mercredi au groupe antitramway Québec mérite mieux. C’était avant que l’organisme refuse de se présenter à ses côtés. Mercredi matin, l’équipe conservatrice a convoqué les médias à un point de presse au sujet du réseau structurant de la ville de Québec. Son chef devait y être «accompagné pour l’occasion de représentants de Québec mérite mieux». Formé de résidents de la capitale, ce groupe antitramway s’est notamment adressé aux tribunaux au début du mois dans le but d’obtenir une injonction qui stopperait les travaux préparatoires. La position du PCQ est claire, elle aussi: la formation politique de droite mettrait fin au projet si elle était portée au pouvoir. Sauf que mercredi, Québec mérite mieux brillait par son absence à la conférence de presse de M. Duhaime. «Moi, je ne suis pas un porte-parole du Parti conservateur. On n’a pas été mis au courant de cette convocation-là avant ce matin. Québec mérite mieux est un mouvement citoyen apolitique, qui n’est associé à aucun parti politique.» — Donald Charette, porte-parole de Québec mérite mieux. Mis devant cette contradiction, mercredi, Éric Duhaime s’est justifié en disant qu’il avait bel et bien rencontré l’avocat de Québec mérite mieux, Guy Bertrand, plus tôt dans la journée. M. Duhaime assure que son parti n’a pas contribué financièrement à la campagne judiciaire de Québec mérite mieux. Il versera 100$ en son nom personnel, et invite tous les opposants au projet à le faire. Québec mérite mieux n’invitera pas les résidents de Québec à voter pour un parti ou un autre aux prochaines élections en raison de leur position sur le réseau structurant. «On n’est pas là-dedans du tout», a dit Donald Charette à l’autre bout du fil. Le juge Clément Samson, de la Cour supérieure du Québec, doit rendre jeudi matin sa décision quant à l’injonction demandée par Québec mérite mieux.

VIDÉO SUIVANTE

VIDÉO SUIVANTE

image beaconimage beaconimage beacon