Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les hostilités se poursuivent au lancement de l’année Lévesque

Les hostilités se poursuivent au lancement de l’année Lévesque Le gratin de la politique québécoise était réuni à la Grande Bibliothèque, à Montréal, pour honorer la mémoire de René Lévesque, dont c’est le centième anniversaire de naissance cette année. L’un des premiers à prendre la parole, l’ancien premier ministre péquiste et président d’honneur de l’année Lévesque, Lucien Bouchard, n’a pas contourné la controverse qui sévit dans les rangs indépendantistes depuis maintenant deux semaines. «J’ai vu récemment [..] que les héritiers de Lévesque n’ont rien perdu de leur capacité à réagir avec leur vigoureuse promptitude», a noté M. Bouchard avec humour. De son côté, François Legault a honoré la mémoire de René Lévesque en évoquant un thème qui lui est cher — la fierté québécoise — et a qualifié René Lévesque de «créateur de fierté». «[Il] nous a libérés de notre mentalité de “nés pour un petit pain”. Il nous a donné confiance en nous-mêmes», a ajouté le premier ministre. «C’est René Lévesque qui m’a intéressé à la politique.» Le porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois n’a pas hésité à lancer ce que certains pourraient considérer comme une allusion à François Legault en parlant de René Lévesque. «Il ne cherchait pas le plus petit dénominateur commun en quête du plus grand nombre de votes, jamais il ne cédait à la démagogie, jamais il ne nous montait les uns contre les autres», a-t-il déclaré, ce qui a suscité quelques murmures dans la salle. Le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, y est également allé de remarques évocatrices en parlant de Lévesque. Il n’avait initialement pas été invité à prendre la parole lors de l’événement, ce qui a suscité une controverse politique dans les dernières semaines. La Fondation René-Lévesque lui a finalement adressé une invitation la semaine dernière. De tous les orateurs présents, c’est lui qui a obtenu les applaudissements les plus nourris au moment de monter sur le podium. La cheffe libérale, Dominique Anglade, s’est pour sa part faite plus consensuelle en évoquant les faits marquants de la carrière de René Lévesque.

VIDÉO SUIVANTE

VIDÉO SUIVANTE

Plus sur Le Devoir

Plus sur Le Devoir

image beaconimage beaconimage beacon