Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Une annonce précipitée pour Bernard Drainville

ÉLECTIONS | Une annonce précipitée pour Bernard Drainville L’ex-ministre et animateur de radio Bernard Drainville a dû précipiter l’annonce de son retour en politique la semaine dernière, quand Cogeco l’a retiré des ondes en le pressant de décider s’il allait être candidat pour la CAQ. Le vice-président des stations de radio de Cogeco, Pierre Martineau, a dit avoir fait ce choix quand il a appris, lundi dernier, que M. Drainville prévoyait rencontrer le premier ministre. « Je lui ai dit : donne-moi 24 heures, mais une chose est certaine, tu ne peux pas attendre jusqu’au 17 juin » - Pierre Martineau Il a annoncé mardi à M. Drainville qu’il ne pouvait pas rester derrière le micro. M. Martineau a préféré ne pas courir le risque de créer de fausses perceptions, même si son animateur n'était pas encore décidé. M. Drainville a finalement annoncé jeudi sa démission à son employeur, au lendemain d’une rencontre avec M. Legault qui avait été devancée. L'annonce était aussi plus précipitée que ce que la CAQ prévoyait. «On voulait étirer le plus loin possible tout en comprenant qu’il y avait un délai pour son employeur s’il acceptait», a indiqué une source au parti. Lundi, les libéraux ont commencé cette dernière semaine de travaux parlementaires avec de nouvelles salves sur le passé souverainiste de M. Drainville, dont la candidature dans Lévis doit être officialisée mardi. Pour une deuxième fois en moins d’une semaine, M. Legault a dû répéter, lundi, que «nous, on est un parti nationaliste qui défend la langue française, les valeurs québécoises, à l’intérieur du Canada».

VIDÉO SUIVANTE

VIDÉO SUIVANTE

Plus sur Le Devoir

Plus sur Le Devoir

image beaconimage beaconimage beacon