Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Vaccin d’AstraZeneca: pourquoi l’âge diffère d’un endroit à l’autre?

Vaccin d’AstraZeneca: pourquoi l’âge diffère d’un endroit à l’autre? Tous les pays ne font pas les mêmes recommandations quant à l’âge minimal pour recevoir le vaccin AstraZeneca. Pourquoi 45 ans au Québec et non pas 40 comme en Ontario et dans l’Ouest canadien? Afin de fixer l’âge d’admissibilité dans la province, le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) a produit un rapport se penchant sur les données québécoises. «C’est vraiment lié à la sévérité de la troisième vague selon chaque province», explique le Dr Nicholas Brousseau, médecin-conseil à l’INSPQ et président du CIQ. Les provinces fixent maintenant leurs propres critères d’admissibilité pour le vaccin, moins d’un mois après que le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) a recommandé que le vaccin ne soit pas utilisé chez les adultes de moins de 55 ans. «C’est normal que les recommandations changent dans un contexte où les connaissances évoluent très vite», rappelle le Dr Brousseau. En Europe, les écarts d’âge sont encore plus frappants: si les citoyens de 30 ans et plus ont accès au vaccin d’AstraZeneca au Royaume-Uni et en Grèce, il est réservé aux 70 ans et plus en Islande. Le Danemark a même choisi d’arrêter de l’administrer. Les variations d’âge d’un pays à l’autre ne sont pas illogiques, croit le Dr Brousseau: « C’est normal d’avoir des variations selon le pays parce que la situation n’est pas la même partout.» L’Agence européenne des médicaments (AEM) a annoncé que les caillots sanguins devraient être répertoriés comme effet secondaire «très rare» du vaccin d’AstraZeneca contre la COVID-19.
image beaconimage beaconimage beacon