Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Gary Bettman ne veut pas se mêler à la politique russe

logo de La Presse CanadienneLa Presse Canadienne 2022-07-08
© Fournis par La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a tenté de calmer les inquiétudes concernant le retour des joueurs russes en Amérique du Nord, mais il est demeuré prudent dans ses propos.

Bettman a affirmé que les joueurs qui habitent en Russie «doivent prendre les meilleures décisions possibles pour eux et leur famille».

«Ce n'est probablement pas une bonne idée pour nous ou les équipes de s'impliquer dans la politique et ce qui se passe en Russie», a ajouté Bettman, en mêlée de presse quelques heures avant le repêchage de la LNH à Montréal.

Le gardien Ivan Fedotov, un espoir des Flyers de Philadelphie, a été envoyé servir l'armée dans le nord de la Russie. L'attaquant du Wild du Minnesota Kirill Kaprizov se retrouverait aussi dans l'eau chaude après avoir acheté une fausse carte d'identité militaire pour être exempté de tout service.

Le directeur général du Canadien de Montréal, Kent Hughes, a affirmé plus tôt cette semaine que le défenseur Alexander Romanov devait revenir dans la métropole cette semaine. Il suivait aussi de près la situation entourant l'attaquant Evgenii Dadonov.

Le Canadien a toutefois échangé Romanov aux Islanders de New York, jeudi soir.

Bettman a également commenté l'évolution du scandale impliquant Hockey Canada, alors que la LNH a commencé sa propre enquête sur le viol collectif impliquant huit joueurs juniors en juin 2018.

Il a noté que le chef de la sécurité Jared Maples était responsable de l'enquête et qu'il s'attendait à ce que tous les membres de l'équipe canadienne junior de 2018 collaborent.

«Notre objectif est de comprendre exactement ce qui s'est produit», a dit Bettman.

La haute direction de Hockey Canada se retrouve dans l'embarras pour avoir réglé l'affaire hors cour après ce qui semble avoir été une enquête rapide et incomplète. Le président et chef de l'exploitation de l'organisme, Scott Smith, et le chef de la direction, Tom Renney, ont offert un témoignage devant le comité parlementaire du Patrimoine qui en a laissé plusieurs sur leur faim.

Ils ont alors déclaré ne pas être en mesure d'identifier les huit joueurs impliqués. Les joueurs n'ont donc jamais subi de sanctions.

Questionné à savoir si le hockey avait un problème de culture, Bettman a rappelé que cette situation n'était pas unique à cet univers.

«Je crois qu'il y a des situations qui surviennent dans tous les sports et toutes les sphères de la société qui sont inacceptables, a dit Bettman. Je ne crois pas que nous soyons différents des autres. Ce n'est pas un problème lié à la LNH. Je ne peux pas parler au nom des autres niveaux. 

«Et je ne dis pas que c'est correct, je dis que c'est inacceptable. Nous avons des standards plus élevés que ça dans notre circuit et c'est pour cette raison que nous avons ces discussions», a-t-il conclu.

Alexis Bélanger-Champagne, La Presse Canadienne

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon