Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le cycliste Nacer Bouhanni en a raz-le-bol des insultes racistes dont il est l'objet

logo de La Presse CanadienneLa Presse Canadienne 2021-04-06
© Fournis par La Presse Canadienne

BRUXELLES — Les détracteurs de Nacer Bouhanni ne se soucient pas qu'il soit un ancien champion de France de cyclisme, ni même qu'il soit né et ait grandi en France.

Le coureur de l'équipe Arkea-Samsic a été victime d'un torrent d'insultes racistes au cours de la semaine dernière, nombre d'entre elles le pressant de quitter la France et de retourner en Afrique.

Bouhanni a décidé qu'il était temps de s'exprimer.

«Sachez que je suis né en France et que je vais porter plainte parce que j’ai enduré cela et que j’ai gardé le silence pendant trop longtemps, mais cette fois je ne lâcherai pas», écrit-il cette semaine.

Bouhanni, un coureur au tempérament bouillant avec un historique d'incidents de course, a été disqualifié à la suite d'un déplacement illégal lors de la journée Cholet-Pays de la Loire, le 28 mars. L'UCI l'a sanctionné pour comportement dangereux pour avoir poussé Jake Stewart dans les barrières lors du sprint final et soumis l'incident à sa commission disciplinaire.

Bouhanni a admis son erreur, mais a déclaré que son geste n'était pas intentionnel. Depuis lors, les insultes racistes abondent.


Galerie: Patrick Senécal: petit écran, grandes peurs (Sélection)

Bouhanni, un coureur d'origine maghrébine qui a remporté les championnats nationaux de France en 2012, a publié des captures d'écran de certains des messages qu'il a reçus. Son équipe a publié un communiqué, affirmant qu'elle «déplore et dénonce fermement tous ces actes de racisme».

Dans une entrevue au journal L’Équipe publiée mardi, Bouhanni a déclaré avoir été maltraité tout au long de sa carrière. Il a dit qu'il ne s'était pas exprimé plus tôt parce que le sujet restait un «tabou», et de peur qu'il n'apparaisse comme quelqu'un essayant de se victimiser.

Mais la dernière série d’insultes — dont certaines l'identifient à un «terroriste» — était la goutte de trop.

«Je suis né en France. J'aime mon pays. J'ai été champion de France à l'âge de 21 ans. Quand j'étais sur le podium avec La Marseillaise, c'était l'un des plus beaux moments de ma carrière, raconte le coureur de 30 ans. C'est triste de lire tout cela, les gens veulent que je me retrouve en prison.»

Bouhanni a toutefois intenté une action en justice contre Stef Clement après que l'ancien coureur professionnel devenu commentateur ait affirmé, lors du Tour de France 2019, que le cycliste français avait obligé son équipe à s'abstenir de porc et ne voulait pas travailler avec des femmes les jours de course en raison de ses croyances religieuses.

«J'ai reçu beaucoup de messages racistes à la suite de ces insinuations, a avoué Bouhanni. J'ai porté plainte, mais j'attends toujours que la justice (le système) me revienne.»

- Par Samuel Petrequin, The Associated Press

La Presse Canadienne

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon