Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Pushback : les policiers croates frappent les migrants à la frontière entre Bosnie et Croatie

Abonnez-vous au journal Libération 👉 http://abo.liberation.fr Suivez Libé sur Facebook 👉 http://fb.com/liberation Suivez Libé sur Twitter 👉 http://twitter.com/libe Suivez Libé sur Instagram 👉 http://instagram.com/liberationfr Il est 10 heures ce 15 juin, au nord de la Bosnie-Herzégovine. De l’autre côté du Korana, un petit ruisseau qui serpente dans cette région boisée, c’est la Croatie. Et par la même occasion, l’Europe. Les berges, bucoliques, sont connues par les associations de défense de droits de l’homme pour être un des endroits privilégiés où la police croate repousse, illégalement, les demandeurs d’asile qu’elle a appréhendés sur son territoire. Un groupe apparaît justement à travers les arbres. La vingtaine. Pakistanais et Afghans. La veille, ils ont tenté le passage à travers les bois, ultime étape d’un long périple qui les a déjà vus traverser la mer Egée. Ils sont suivis par quatre hommes. Une cagoule masque leur visage. Trois ont des matraques en main. «Retournez en Bosnie», lâche le premier, en indiquant du bout de son bâton l’autre côté de la rive. La veille, ces policiers croates les ont arrêtés, un peu plus loin, alors qu’ils essayaient de rallier la capitale. Ces vidéos inédites, publiées par «Libération» et des médias partenaires, de refoulements violents de migrants par les autorités croates et roumaines confirment la pratique de renvois illégaux, que les ONG rapportent depuis des années.
image beaconimage beaconimage beacon