Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les activités tchadiennes de Benalla, la gêne de l'Elysée

logo de BFMTV BFMTV 26.12.2018 Robin Verner

A N'Djamena, où il a séjourné dans un palace début décembre, Alexandre Benalla a notamment rencontré le frère du président tchadien. Cette information révélée cette semaine par la presse a contraint l'Elysée à affirmer mardi qu'il n'existait plus de contact entre le sommet de l'Etat et l'ancien chargé de mission.

Alexandre Benalla devant la commission d'enquête du Sénat. © Bertrand GUAY / AFP Alexandre Benalla devant la commission d'enquête du Sénat.

A croire qu'il veut faire de sa vie une chronique parallèle du quinquennat. Alexandre Benalla ne se laisse en tout cas pas oublier par l'Elysée. Lundi, Le Monde révélait que ce dernier avait séjourné au Tchad aux premiers jours de décembre. Il a notamment débarqué à N'Djamena, la capitale, à bord d'un avion privé, en compagnie d'une demi-douzaine de personnes. C'est par carte bleue qu'il a réglé ses notes, dont ses quelques nuits dans un palace, le Hilton local. 

S'il a quitté l'endroit le 4 décembre, il a auparavant rencontré Oumar Déby, frère du président tchadien Idriss Déby, et directeur général des réserves stratégiques du pays. Bref, Alexandre Benalla semble s'exporter et se constituer un carnet d'adresses à l'international. Posant lui-même le pied au Tchad le 22 décembre dernier, pour y passer le Réveillon avec nos soldats déployés sur place, Emmanuel Macron s'est aussitôt entretenu en tête-à-tête avec Idriss Déby. L'Elysée a depuis assuré, ce mardi, que le nom de l'ancien et sulfureux chargé de mission de la présidence de la République avait jailli dans la conversation:

"Emmanuel Macron a tenu à faire savoir samedi à Idriss Déby que cette personne n’était en aucun cas un intermédiaire officieux ou officiel."

"Plus aucun contact" 

Affirmant encore qu'il n'existait "plus aucun contact" entre le "Château" et Alexandre Benalla, l'Elysée a précisé qu'une enquête interne était en cours pour savoir si celui-ci avait pu "profiter de son titre" pour faire valoir ses propres intérêts. L'avocate de l'intéressé, Jacqueline Laffont, les a par ailleurs défendus dans un communiqué:

"Alexandre Benalla n’exerce plus aucune fonction pour la présidence de la République. Il devrait désormais être libre de réaliser ses projets et déplacements professionnels sans être la cible de commentaires et réactions malveillants et opportunistes."

Aussi libre qu'inquiété. Son client est en effet mis en examen pour violences volontaires, port prohibé et sans droit d’insignes réglementés par l’autorité publique et recel d’images issues d’un système de vidéoprotection.



AUSSI SUR MSN : Collomb dit s'être senti seul durant l'affaire Benalla

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info: BFMTV

image beaconimage beaconimage beacon