Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Conservatoire de Lausanne: un audit pour démêler les dissonances

logo de Keystone-ATSKeystone-ATS 26.01.2022
© Keystone/LAURENT GILLIERON

Le Conservatoire de musique de Lausanne (CL) est en crise. Ses six doyens ont démissionné en bloc, dénonçant une gouvernance "inconséquente, autoritaire et dangereuse". La direction regrette, met en place une Commission musicale intérimaire et annonce un audit.

La démission collective du décanat a été soutenue à l'unanimité par l'assemblée générale de l'Association des professeurs (APC), réunie dimanche soir, selon un communiqué du syndicat Sud. Cette décision intervient pratiquement un an après l'annonce par la direction du CL d'une baisse des salaires des enseignants, d'une hausse des écolages et d'une adaptation des mesures pédagogiques.

"Le corps décanal qui fait vivre l'établissement, qui l'encadre et qui lui donne les bases pour offrir un travail de très grande qualité et conquérir une réputation et des résultats que tout le monde reconnaît, quitte ses postes, car il est empêché de remplir sa mission par une direction qui mène, à tout prix, une gouvernance inconséquente, autoritaire et dangereuse pour la vie même du CL", écrit le syndicat représentant l'APC.

Ils ont démissionné de leurs rôles de doyens, représentant une partie de leur occupation au sein du Conservatoire, mais poursuivent leurs missions d'enseignement, précise-t-on.

Déficit annuel à combler

Confronté à un déficit annuel de 300'000 francs, l'institution avait affirmé en février 2021 devoir prendre des mesures pour assurer sa survie. Sa direction indiquait vouloir abandonner "le taux horaire privilégié" dont bénéficient les plus anciens collaborateurs, qui seront désormais placés sur le même taux que leurs collègues.

Elle expliquait qu'elle ne pouvait plus maintenir une échelle de salaires supérieure aux recommandations de la Loi sur les écoles de musique (LEM). En revanche, aucun licenciement n'était prévu. Le Conservatoire de Lausanne compte environ 1200 élèves et 80 professeurs. Son budget 2021 se montait à 8,1 millions de francs.

Dans l'actuelle rupture avec la direction, les doyens déplorent "une politique autoritaire qui aboutit à la dégradation des prestations et de la qualité dans le but d'imposer une stratégie d'austérité et une gestion verticaliste", et ce "à n'importe quel prix". Selon eux, cela compromet également les prestations dont bénéficient les élèves, l'équilibre général de l'école et les conditions de son développement.

Ils évoquent aussi une "situation de risque psychosocial" mettant en cause les conditions de santé et d'intégrité des doyens et des enseignants. Ceux-ci "n'en peuvent plus de cette situation où la direction refuse le dialogue, l'échange, la participation et la négociation".

Résultat de l'audit en mai

Le Conseil de fondation et la direction de la Haute école de musique et du Conservatoire de Lausanne (HEMU-CL) ont réagi mercredi dans un communiqué. "Cette décision radicale est évidemment regrettable et nous questionne sur les malentendus profonds qu'elle révèle", écrivent-ils. Ils estiment en revanche que c'est la partie adverse qui a "progressivement mis fin au dialogue et refusé les offres de médiation".

Les hauts dirigeants de l'école annoncent la mise en place immédiate d'une Commission musicale intérimaire afin d'assurer la continuité de service et d'éviter d'impacter les élèves. Elle est composée de membres de la direction et du conseil des directeurs de l'HEMU-CL.

Un audit sera par ailleurs mené dès le 1er février afin de permettre d'objectiver les problématiques de climat de travail et de gouvernance, indiquent-ils. Il avait été annoncé le 1er décembre au corps enseignant à la suite de leurs revendications et de la désolidarisation des doyens envers la gouvernance du CL, précisent-ils.

Les résultats sont attendus pour le mois de mai 2022. Ils permettront d'établir un plan d'action et de prendre des décisions qui s'imposeront, selon les hauts responsables.

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon