Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

De Marie Desplechin à Lucy Maud Montgomery, blessures d’enfance

logo de Tribune de Genève Tribune de Genève 29.05.2022 Cécile Lecoultre,Philippe Muri

Des sorcières en bataille à l’école, des orphelins jetés dans la vie… dans les chaudrons des familles, il y en a pour les petits, les grands et même tous les autres.

Marie Desplechin, conteuse un peu sorcière

Verte et Pome reviennent, menacées par une nouvelle, la terreur Mauve…  © DR Verte et Pome reviennent, menacées par une nouvelle, la terreur Mauve… 

Conte Les sorcières règnent et Marie Desplechin les expédient volontiers en éclaireuses dans les classes d’école. Après deux volumes grésillant de malice consacrés à Verte et Pome, l’écrivaine touille les mauvais sorts dans les chaudrons pas toujours magiques de l’adolescence. «Mauve», roman paru en 2014, bénéficie ici des illustrations de Magali Le Huche.

«Mauve», roman célébré en 2014, devient un album illustré par Magali Le Huche.  © DR «Mauve», roman célébré en 2014, devient un album illustré par Magali Le Huche.  Marie Desplechin, née à Roubaix en 1959, romancière prolifique pour les petits comme pour les grands. Et même les autres.  © RUE DE SEVRES / DR Marie Desplechin, née à Roubaix en 1959, romancière prolifique pour les petits comme pour les grands. Et même les autres. 

Belle association, car son trait allègre croque les bouilles enfantines avec une autodérision ironique qui désamorce un peu le drame. Pour les deux héroïnes, c’est l’enfer depuis l’irruption de Mauve, une drôlesse garce et puissante. L’atmosphère a viré au drame, les copines sont harcelées au collège, matées de travers, comme bientôt, le reste de leur famille. Même les pétunias obèses sur les balcons dodelinent de la tête. Chacun s’exprime ici, et c’est sans doute l’essentiel. CLE

Relire la vidéo

Uli Oesterle ouvre son livre de famille

Bande dessinée Fêtard invétéré et grand coureur de jupons, Rufus Himmelstoss a brûlé sa vie par les deux bouts. Un jour de 1975, ce père de famille irresponsable a brusquement disparu de la circulation, laissant sa femme et son fils se débrouiller tous seuls. Trente ans plus tard, le gamin devenu adulte retrouve son paternel… raide mort dans son cercueil. Que s’est-il passé durant ces trois décennies d’absence?

Uli Oesterle s’attaque à sa propre histoire dans «Le lait paternel», premier tome d’une série qui devrait en compter quatre.  © DR Uli Oesterle s’attaque à sa propre histoire dans «Le lait paternel», premier tome d’une série qui devrait en compter quatre. 

C’est tout l’enjeu du roman graphique «Le lait paternel», signé par Uli Oesterle. S’inspirant de sa propre histoire à travers des personnages de fiction, l’auteur allemand s’interroge sur les relations père-fils, et se demande en creux si l’on ne finit pas inévitablement par reproduire les mêmes schémas.

Premier tome d’une série qui devrait en compter quatre, ce récit au dessin semi-réaliste laisse affleurer l’émotion derrière un propos plutôt dur, l’histoire de deux vies abîmées. PMU

Un trait expressionniste qui marque au fer rouge les douleurs d’enfance. © Ed. Dargaud Un trait expressionniste qui marque au fer rouge les douleurs d’enfance.

Anne, la rouquine canadienne qu’il faut voir grandir

Anne Shirley, l’héroïne lancée en 1905 par la Canadienne Lucy Maud Montgomery, a vu ses aventures adaptées en série sur Netflix, entre autres hommages. Sauf en territoire francophone où elle restait méconnue…  © DR Anne Shirley, l’héroïne lancée en 1905 par la Canadienne Lucy Maud Montgomery, a vu ses aventures adaptées en série sur Netflix, entre autres hommages. Sauf en territoire francophone où elle restait méconnue… 

Saga Depuis 2020, M. Toussaint Louverture exhume la saga d’Anne Shirley, chef-d’œuvre absolu de la littérature jeunesse en dix volumes. La romancière canadienne Lucy Maud Montgomery s’entiche en 1905 de cette orpheline rouquine et intrépide, qui dans une ferme victorienne aux pignons verts, sur l’Île-du-Prince-Édouard, s’émancipe des conventions en garçonne rebelle.

Lucy Maud Montgomery, une écrivaine canadienne à (re)découvrir. Cinq tome de sa saga sont publiés chez Monsieur Toussaint Laventure.  © DR Lucy Maud Montgomery, une écrivaine canadienne à (re)découvrir. Cinq tome de sa saga sont publiés chez Monsieur Toussaint Laventure. 

Plus que l’intrigue somme toute banale, l’écriture fascine ici, accrochant les émotions avec une drôlerie impertinente, s’abandonnant à la poésie sauvage des paysages, romanesque en diable. La gamine y rayonne avec une impétuosité solaire, accrocheuse dans l’observation, maligne au moment de harponner l’attention. Pourtant, Anne grandit au fil d’aventures fabuleusement ordinaires. La voici jeune mariée au tome V, «Anne et sa maison de rêve».  CLE

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, un condensé des grands titres qui font l'actualité.

Publicité
Publicité

Mehr Von Tribune de Genève

Tribune de Genève
Tribune de Genève
image beaconimage beaconimage beacon