Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Eren Derdiyok cherche un nouveau club: «Ce serait super de jouer à nouveau pour Bâle»

logo de Blick | fr Blick | fr 13.07.2021 Interview: Andreas Böni

Eren Derdiyok a joué 60 fois pour l'équipe nationale et plus récemment en Ouzbékistan. Aujourd'hui, l'attaquant est à la recherche d'un nouveau club: «Ce n'est plus une question d'argent».

«Ce serait super de jouer à nouveau pour Bâle» © Fournis par Blick | fr «Ce serait super de jouer à nouveau pour Bâle»

Eren Derdiyok, où êtes-vous en ce moment ?Derdiyok: En Turquie, à Izmir. Je me maintiens en forme là-bas avec un entraîneur personnel, car j'ai mis fin à mon contrat en Ouzbékistan. Je suis désormais libre de m'engager où je veux sans frais de transfert.

Que voulez-vous faire ? Je suis ouvert à tout. Je peux imaginer beaucoup de choses, notamment un retour en Super League. J'arrive lentement à la fin de ma carrière. Il ne s'agit plus d'argent, mais d'un tout pour moi et ma famille.

A 33 ans, il est probablement un peu trop tard pour un transfert au FC Bâle. Je ne sais pas si c'est trop tard. Beaucoup de joueurs sont revenus à 32, 33 ans. Il n'y a pas de vieux ou de jeunes, seulement des bons et des mauvais joueurs. Je me sens mieux qu'il y a quelques années. Je connais mieux mon corps, je mange plus sainement qu'avant. Bien sûr, ce serait super de jouer à nouveau pour le FC Bâle, même si ce n'est pas mon unique rêve. Je suis ouvert à d'autres options. Outre les options en Europe, l'un ou l'autre club turc est également une possibilité. Mais en ce qui concerne Bâle: j'étais en contact avec Marco Streller. Et je jouais toujours avec David Degen, nous avions une bonne relation.

En 2020, vous avez quitté la Turquie pour l'Ouzbékistan afin de rejoindre le Pakhtakor Tashkent. Pourquoi un footballeur comme vous fait-il un choix aussi exotique? Après le voyage en Turquie, je voulais faire quelque chose de nouveau. Mon ancien entraîneur, Shota Arweladze, qui était mon entraîneur à Kasimpasa, me voulait vraiment. C'était une aventure et - il faut être honnête - j'ai aussi eu un très bon contrat. Je suis content de l'avoir fait. La saison dernière, nous avons remporté les trois coupes nationales et atteint les quarts de finale de la Ligue des champions asiatique.

Comment est le niveau? Au niveau international, c'est certainement plus élevé qu'en Suisse. Au niveau national par contre, deux équipes pourraient jouer en Super League d'un point de vue tactique.

Votre avez inscrit 18 buts en 46 matchs dans le football asiatique. Êtes-vous satisfait? Cela aurait pu être mieux. Mais il faut d'abord s'installer, s'habituer. Puis j'ai eu la coronavirus. Si vous regardez mon nombre de buts par rapport aux minutes jouées, je suis heureux.

Comment est la vie en Ouzbékistan?La qualité de vie est très élevée, même si elle est encore désuète. Tashkent est international, il y a beaucoup de cafés, de restaurants. Humainement, c'était top, nous avons été bien accueillis partout.

Vos deux filles sont allées à l'école internationale?Oui, la grande a appris l'anglais là-bas. Le petit n'est pas encore à l'école, il a un peu moins d'un an. À la maison, nous parlons le turc et l'allemand ainsi que l'anglais. Je pense qu'ils en tireront un grand bénéfice dans leur vie.

L'Ouzbékistan est à 5000 kilomètres de la Suisse - combien de fois voyez-vous votre famille?La dernière fois, c'était au Nouvel An. Mais nous voulons vivre en Suisse plus tard. C'est peut-être pour cela qu'il est bon de revenir maintenant, si une bonne solution se présente.

Publicité
Publicité

Plus de Blick | fr

image beaconimage beaconimage beacon