Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

«Ils nous tueront toutes»: les Iraniennes ne décolèrent pas

logo de watson.ch/fr watson.ch/fr 05.10.2022
Iran: «Ils nous tueront toutes», les femmes ne décolèrent pas Iran: «Ils nous tueront toutes», les femmes ne décolèrent pas
Vidéo: watson

Plus de deux semaines après le décès de Mahsa Amini à la suite de son arrestation par la police des mœurs pour un voile mal ajusté, une vague de protestations continue de déferler sur le pays malgré la répression.

Toujours plus d'écolières et de jeunes femmes descendent dans les rues des villes iraniennes afin de rejoindre la vague de protestations qui secoue le pays, malgré la répression. Dans des scènes inédites pour un pays strictement islamiste, elles sont des milliers à critiquer le régime, risquant une arrestation, ou pire encore, la mort. Selon l'ONG Iran Human Rights, 133 personnes ont été tuées au total lors des manifestations en Iran au cours des deux dernières semaines.

21 caricatures implacables sur les droits des femmes en Iran

Mahsa Amini, 22 ans, avait été arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour «port de vêtements inappropriés» par la police des mœurs chargée de faire respecter le code vestimentaire, très strict au sein de la République islamique. Les femmes doivent se couvrir les cheveux et n’ont pas le droit de porter des manteaux courts ou serrés ou des jeans troués. Masha est tombée dans le coma pendant sa garde à vue avant de décéder trois jours plus tard. Si la police est accusée de l'avoir malmenée à mort, les autorités disent qu'elle a été victime d'une crise cardiaque.

Depuis, les écolières de plusieurs villes d'Iran se sont rebellées. Diverses vidéos des villes de Shiraz et Karaj, juste à l'ouest de la capitale Téhéran, ont été publiées sur Twitter. On peut voir des filles chanter dans les rues tout en agitant leurs hijabs dans les airs.

«Nous devons unir nos forces, sinon ils nous tueront les unes après les autres»

C'est un des slogans qu'on peut entendre sur les vidéos. Les Iraniens scandent également que «les mollahs doivent partir» ou encore «Mort au dictateur» qui s'adresse directement à l’ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême iranien. Celui-ci a accusé lundi les ennemis jurés que sont les États-Unis et Israël d’avoir fomenté ce mouvement de contestation antigouvernemental dont il soutient fermement la répression.

(sbo)

Bella Ciao retentit en Iran, mais d'où vient cet hymne à la résistance?

Vidéo: watson

La première grève féministe de Suisse le 14 juin 1991

Publicité
Publicité

Plus de watson.ch/fr

watson.ch/fr
watson.ch/fr
image beaconimage beaconimage beacon