Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les villes ont désormais un bureau dans la Genève internationale

logo de Keystone-ATSKeystone-ATS 02.03.2020
© Fournis par Keystone-ATS

Les défis mondiaux sont de plus en plus liés aux villes, où la population grandit. Lundi, la Ville et le Canton de Genève ont lancé conjointement une plateforme qui fera le lien entre ces collectivités locales et la Genève internationale, le "Geneva Cities Hub" (GCH).

"C'est une composante nouvelle et fondamentale", a dit le président de cette nouvelle association constituée dans la matinée, le conseiller administratif Sami Kanaan, qui a porté le projet.

Le GCH va contribuer à étendre l'accès des villes à la Genève internationale, renchérit le président du gouvernement Antonio Hodgers. Cette structure ne constitue pas un nouveau réseau de villes. "Il y en a déjà assez", dit M. Kanaan.

Mais il fera le lien, pour ces villes et leurs réseaux, avec l'expertise de la Genève internationale sur des questions comme le changement climatique, la santé ou encore les droits de l'homme. D'ici 2050, deux tiers de la population mondiale pourraient habiter dans les villes. Mais celles-ci sont déjà largement affectées directement par les grands défis actuels.

La responsabilité légale et les décisions prises sont de la responsabilité des Etats membres. Mais les villes ont besoin de pouvoir accéder à des expertises sur les questions auxquelles elles font face, relève M. Kanaan.

Sur le coronavirus par exemple, le dispositif dépend plutôt des autorités nationales, mais la situation provoque des défis liés au lien social et à la solidarité dans les villes, ajoute-t-il. Il faut garantir aussi que les administrations puissent continuer à oeuvrer malgré le virus.

"Sommet des réseaux de villes"

Soutenu, y compris financièrement, par la Confédération, le GCH, qui avait été accueilli provisoirement au Centre de politique de sécurité (GCSP) de Genève, prévoit un budget de 350'000 francs pour 2020 et de 500'000 francs pour 2021.

En ligne avec la politique souhaitée par la Suisse ces dernières années, il va constituer une plateforme qui rassemble autour des thématiques les gouvernements nationaux et désormais locaux, les agences onusiennes, les scientifiques, les ONG ou le secteur privé.

Il va établir des partenariats avec ONU-Habitat, responsable du Forum urbain mondial, avec des réseaux de villes ou encore avec la Commission économique de l'ONU pour l'Europe (CEE-ONU). Celle-ci va organiser le premier Forum mondial des maires en octobre prochain à Genève.

Le GHC va lui probablement prévoir un "sommet des réseaux de villes" d'ici la fin de l'année, a ajouté sa directrice intérimaire Kamelia Kemileva. "On sent un réel intérêt" et une prise de conscience sur l'importance des villes, dit M. Kanaan qui veut également relayer l'initiative auprès de ses collègues des municipalités suisses.

D'autant plus que l'Alliance mondiale pour les crises urbaines (GAUC), active davantage sur les questions d'urgence, vient de s'établir aussi à Genève. D'ici la fin de l'année, le GHC devrait être doté de trois personnes.

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon