Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

SLO a toujours le podium dans sa ligne de mire

logo de 24 heures 24 heures 15.01.2022 André Boschetti

Dans le cadre de sa préparation, le club de Challenge League affronte le LS, ce samedi. Avec l’objectif de préparer au mieux une seconde partie de saison où il compte bien briller.

Les Stadistes espèrent être à la fête lors de cette deuxième partie de saison. © KEYSTONE Les Stadistes espèrent être à la fête lors de cette deuxième partie de saison.

Stade-Lausanne-Ouchy clôturera samedi sa première grosse semaine de préparation par un rendez-vous des plus alléchants. Au stade la Tuilière (11h), il sera en effet l’hôte du Lausanne-Sport pour un premier match amical qui se déroulera malheureusement à huis clos. Un derby qui sera suivi par deux autres le vendredi suivant. En quelques heures seulement, l’équipe de Meho Kodro se mesurera d’abord à Servette puis au Stade Nyonnais.

Trois derbies romands qui permettront au SLO d’aborder en bonne condition la reprise, le 28 janvier prochain, sur le terrain de son voisin – au classement et en géographie –, Yverdon. «Non, sourit Yagan Hiraç, si nous avons choisi des adversaires romands, ce n’est pas pour préparer spécialement ce derby, mais parce que nous voulions surtout éviter les déplacements. Raison pour laquelle nous avons aussi très vite renoncé à organiser un camp d’entraînement à l’étranger. Les risques étaient trop importants avec cette pandémie.»

Après les traditionnelles visites médicales et divers tests physiques, Andi Laugeois et Cie ont entamé leurs trois semaines de préparation lundi passé, au stade Samaranch à Vidy, où la température est de quelques degrés supérieure à celle des hauts de la ville. Un détail loin d’être négligeable en cette période.

Trois renforts

Pour mettre tous les atouts de son côté pour une seconde partie de championnat qui s’annonce passionnante, le SLO et son directeur sportif ne sont pas restés les bras croisés. En quelques jours, ils ont annoncé la venue de trois renforts, un par ligne. «Avec l’attaquant Teddy Okou (Boulogne, 23 ans), le milieu Robin Kamber (Wil, 25 ans) et le défenseur Nias Hefti (Thoune, 22 ans), je crois que nous avons bien complété notre contingent. Ce sont trois joueurs que nous suivions depuis quelque temps déjà et qui correspondent bien à la philosophie que nous avons mise en place ici. Ils ont de plus une excellente mentalité, un point auquel nous attachons une grande importance.»

Sauf surprise de dernière heure, Meho Kodro dispose – exceptions faites des Comoréens Abdullah et Abdallah qui sont à la CAN – désormais de son groupe au grand complet pour préparer un printemps qui devra être meilleur que ne le fut un automne particulièrement décevant. «Les nombreux blessés et le Covid sont, selon moi, les principales raisons de notre long passage à vide, explique Yagan Hiraç. Mais, malgré cela, le podium, qui reste plus que jamais notre objectif, n’est pas loin du tout (Ndlr: huit unités de retard sur Vaduz, 1er). Avec davantage de régularité et un peu moins de poisse avec les absences, je suis convaincu que nous pourrons lutter dans le haut du tableau.»

«Le petit avantage, cette année, sera, sauf scénario catastrophe, que nous n’aurons aucune pression négative concernant la relégation. A nous d’en profiter pour bien faire.»

Pour y parvenir, le directeur sportif de la Pontaise ne veut mettre aucune pression excessive sur ses joueurs. Si ce n’est celle de continuer à beaucoup travailler pour progresser semaine après semaine. «Il est évident que nous allons jouer chaque match pour le gagner, même si cela sera compliqué dans un championnat aussi équilibré et donc intéressant. Le petit avantage, cette année, sera, sauf scénario catastrophe, que nous n’aurons aucune pression négative concernant la relégation. A nous d’en profiter pour bien faire.»

En embuscade

Si, dans les plans du SLO, une éventuelle promotion ne fait pas officiellement partie des priorités, tel n’est pas le cas d’autres équipes, selon Yagan Hiraç. «J’imagine que, contrairement à nous, Vaduz, Thoune ou Aarau ont vraiment besoin de rejoindre la Super League.» Une position en embuscade qui n’empêche pas SLO de rêver à un printemps enchanteur. Premier embryon de réponse sur le potentiel stadiste dès samedi.

Publicité
Publicité

Mehr Von 24 Heures

image beaconimage beaconimage beacon