Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

«Sultane», premier bisonneau d’Europe né en semi-liberté en Suisse

logo de 24 heures 24 heures 17.06.2020

La nouvelle était attendue depuis quelques semaines. Une des quatre femelles de la cellule de conservation de l’espèce était portante à son arrivée en novembre. Elle a mis bas lundi. Selon la formule consacrée, mère et petit se portent bien.

«Sultane» a vu le jour lundi en début d’après-midi. © V. FERREIRA/DR «Sultane» a vu le jour lundi en début d’après-midi.

C’est une double première. La forêt de Suchy, où a été installée en novembre une cellule de conservation du bison d’Europe, a vu la naissance de Sultane, lundi en début d’après-midi. Une première pour le site, mais tout simplement aussi une première en Suisse, au sein d’une harde en semi-liberté.

À n’en pas douter, l’Association Bison d’Europe de la forêt de Suchy (ABEFS) marquera aussi nettement dans son calendrier cette date du 15 juin 2020 que celle du 7 novembre 2019, jour où elle pouvait accueillir après treize longues années de patience ses cinq premiers bovidés arrivés tout droit de Pologne.

Femelle portante à son arrivée

Sultane est le rejeton de Poziomka II, la femelle dominante de la harde nord-vaudoise. Mais pas celui de Posel, l’unique mâle du petit troupeau. Peu de temps après l’arrivée des bovidés, l’ABEFS avait en effet eu l’agréable surprise de constater que cette femelle âgée de 4 ans était portante depuis quelques semaines. Soit avant qu’elle ne soit en contact avec Posel.

Le nom donné au bisonneau femelle – joli bébé d’une petite trentaine de kilos – ne doit pas tout au hasard. Selon les directives de l’EBSG (le Groupe de préservation du bison d’Europe basé à Varsovie qui gère le suivi génétique de ces animaux), les deux premières lettres du prénom du nouveau-né doivent être les mêmes que celle de son lieu de naissance. L’honneur de trouver une suite à ce «Su» initial est revenu à la Régie immobilière Braun de Lausanne, soutien de longue date du projet de cellule de conservation.

Selon la formule consacrée, la mère et sa petite se portent bien. Ceux qui voudraient s’en assurer sont les bienvenus sur place à Suchy, annonce l’ABEFS. Double condition toutefois: faire preuve de patience et rester silencieux, car la harde protège jalousement Sultane.

Publicité
Publicité

Mehr Von 24 Heures

image beaconimage beaconimage beacon