Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Un zoo annule une vente aux enchères de lions critiquée

logo de Le Matin Le Matin 10.08.2022 AFP

Le zoo de Lahore, dont le projet avait provoqué la réaction des défenseurs des droits des animaux, a finalement créé de nouveaux enclos pour ses fauves.

Des lions du Safari Zoo de Lahore, au Pakistan. © AFP Des lions du Safari Zoo de Lahore, au Pakistan.

Le zoo de Lahore, au Pakistan, a annulé son projet de vendre aux enchères 12 de ses 29 lions, après avoir finalement décidé de créer de nouveaux enclos pour la troupe qui ne cesse de s’agrandir. La vente, initialement prévue jeudi, avait fait bondir certains défenseurs des animaux, le Fonds mondial pour la nature (WWF) jugeant notamment que les fauves devraient être transférés vers d’autres zoos ou que les femelles devraient être stérilisées ou mises sous contraceptifs.

«La raison principale de la vente aux enchères était le manque d’espace», a déclaré à l’AFP le directeur adjoint du zoo, Tanvir Ahmed Janjua, ajoutant que les responsables avaient finalement décidé d’accélérer les travaux de construction de deux nouveaux enclos. «Maintenant que ce problème sera bientôt résolu, il n’est pas nécessaire qu’elle ait lieu», a-t-il justifié. Le zoo, qui s’étend sur plus de 80 hectares, abrite actuellement 29 lions, six tigres et deux jaguars. Il est considéré comme l’un des meilleurs du pays, où les zoos se distinguent par la médiocrité de leurs installations et la pauvreté des soins dispensés aux animaux.

Les responsables du zoo avaient fixé une réserve de 150’000 roupies (700 dollars) par lion, soit à peu près le même prix qu’une vache, mais ils espéraient que chaque animal trouverait un acquéreur pour environ deux millions de roupies (environ 9300 dollars).

Des animaux de compagnie

Au Pakistan, il n’est pas rare – pour les plus aisés – de prendre comme animal de compagnie des lions, des tigres ou d’autres représentants d’espèces exotiques, vus comme des symboles extérieurs de richesse. Leurs propriétaires publient souvent sur les réseaux sociaux des photos et vidéos des fauves, et les louent comme accessoires pour des films et séances de photos.

Tanvir Ahmed Janjua a nié que la réaction des défenseurs des droits des animaux ait provoqué l’annulation de la vente aux enchères. «Si les lions se reproduisent davantage et que nous constatons que nous manquons à nouveau d’espace, nous pourrons facilement organiser une autre vente aux enchères», a-t-il déclaré.

Publicité
Publicité

Mehr Von Le Matin

image beaconimage beaconimage beacon