Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité économique

Michelin : les sites industriels français menacés ?

logo de Capital Capital 17.09.2019 Claire Domenech
Michelin : les sites industriels français menacés ? © Geography Photos / Getty Images Michelin : les sites industriels français menacés ?

Quatre sites du fabricant de pneumatiques seraient en danger en raison d’une dégradation de leur compétitivité.

Plusieurs sites Michelin en danger ? C'est ce que laisse penser un document interne qu'a pu consulter Le Monde. Confronté à une crise de la compétitivité en France, le fabricant de pneumatiques rencontrerait de grosses difficultés, en particulier dans quatre de ses usines françaises. Les sites en question : Clermont-Cataroux dans le Puy-de-Dôme (pôle d’innovation), Cholet (Maine-et-Loire, pneus tourisme et camionnette), La Roche-sur-Yon (Vendée, poids lourds) et Avallon (Yonne, rechapage poids lourds). À elles quatre, ces usines représentent environ 2.000 emplois sur les 23.000 salariés de Michelin dans l'Hexagone.

Ce document, dans lequel sont détaillés "les éléments stratégiques sur l’évolution des marchés et sur les performances techniques et économiques de chaque usine" a été présenté aux syndicats début septembre, en "échange d’un accord de confidentialité". Ce que dénonce la CGT. "La confidentialité qu’on nous demandait n’était pas acceptable. Nous sommes les représentants du personnel et nous ne devons rien leur cacher. Et nous ne voulons pas avoir l’air de cautionner des décisions qui ont déjà été prises par la direction", dénonce Michel Chevalier, délégué syndical de la CGT dans les colonnes du Monde.

Une méthode inédite

La direction de Michelin pour sa part assume totalement la méthode. "C’est la première fois que nous avons le courage de partager avec les organisations syndicales et avec la direction des usines une vision stratégique sur la totalité d’un pays. Nous allons maintenant faire descendre ce diagnostic sur le terrain et solliciter l’ensemble du corps social de chacune des usines", affirme Jean-Paul Chiocchetti, directeur de Michelin France.

Pour l'heure, aucune menace de fermeture n'a été établie pour ces quatre usines, mais des plans pour gagner en compétitivité devraient être mis en place. "Il s'agit d'une démarche d'anticipation, les travaux s'étaleront sur 4 ou 5 ans", affirme une porte-parole du groupe, relayée par Les Échos. Comme le rappelle le quotidien, depuis 2009, Michelin a fermé neuf sites en Europe, dont trois en France.

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Capital.fr

image beaconimage beaconimage beacon