Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Covid-19 : comment s’y retrouver dans la jungle des labels hôteliers ?

logo de Version Femina Version Femina 28.05.2020 Elsa Rouden

Les Français pourront – enfin – voyager dans toute la France cet été ! Afin de rassurer leurs visiteurs, hôtels, campings et villages vacances mettent en place labels et chartes d’hygiène pour limiter les risques de contamination au Covid-19. Mais que garantissent-ils précisément ? On fait le point.

Un couple épuisé qui part en voyage. © iStock Un couple épuisé qui part en voyage.

Depuis la pandémie de Covid-19, les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration accusent une perte d’activité de 90 % (1). Pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait croire, le décret du 23 mars 2020 ne contraignait pas les « hôtels et hébergements similaires » à fermer leurs portes. Mais, faute de clients, 95 % des acteurs du tourisme ont mis leurs salariés au chômage partiel (2).

Pour les soutenir, le Premier ministre Edouard Philippe a lancé le 14 mai dernier, lors du cinquième Comité interministériel du tourisme, un ensemble de mesures, parmi lesquelles un plan d’investissement de 1,3 milliard d’euros. En parallèle, il a annoncé aux Français qu’ils pourraient partir en France (DOM compris) en juillet et en août, au-delà de la limitation d’un rayon de 100 km actuellement mise en place.

Des mesures qui pourraient relancer l’industrie du tourisme… à condition que les voyageurs ne craignent pas d’être contaminés par le Covid-19 lors de leur séjour. C’est pourquoi plusieurs labels hôteliers voient le jour, afin de rassurer les Français désireux de s’offrir un bol d’air frais cet été. Mais que garantissent-ils précisément ? Et quid des campings – où se logeront 16 % des vacanciers français cet été (3) – ou des locations entre particuliers ou dédiées aux professionnels ? On fait le point.

Les garanties des hôtels

Le label Allsafe du groupe Accor (Bureau Veritas)

Le groupe hôtelier Accor (Ibis, Novotel, Mercure, hotelF1, Sofitel, Pullman, MGallery, Adagio…) a mis en place une certification développée et approuvée par Bureau Veritas – l’un des leaders des services de test, d’inspection et de certification (TIC) : le label Allsafe. S’il définit des standards de propreté et de prévention pour les hôtels du groupe, les autres chaînes et les établissements indépendants pourront également s’en prévaloir. Tous devront alors être audités par des experts opérationnels Accor ou des auditeurs tiers pour le recevoir.

Les garanties du label Allsafe

- Désinfection fréquente des espaces communs et de passage ainsi que des pièces à haute sensibilité et des salles de bains des chambres

- Linge de lit ensaché et lavé à 60 °C

- Formation hygiène et sécurité effectuée auprès de l’ensemble des salariés

- Cloisons apposées sur les bureaux

- Mise à disposition gratuite d’un kit hygiénique (lingettes, masques et désinfectant individuel) pour les clients

- Distanciation sociale obligatoire dans les espaces communs

- Marquages au sol

- Enregistrements, départs et paiements sans contact lorsque cela est possible

- Accès gratuit à des téléconsultations médicales en partenariat avec AXA

- Désinfectant proposé à la réception, dans les ascenseurs, le restaurant…

- Service de restauration en chambre proposé sans aucuns frais supplémentaires en cas de fermeture du restaurant de l’hôtel

- Normes de sécurité alimentaires renforcées

- Maximum de huit personnes par table au restaurant

- Port de gants et de masques dans les cuisines

Le référentiel de certification de B&B Hotels (Socotec)

La chaîne hôtelière B&B Hotels (qui détient un parc de près de 300 établissements) a choisi Socotec pour faire certifier sa gestion des risques sanitaires, un organisme qui a déjà collaboré avec des chaînes hôtelières à Singapour.

Les garanties de la certification B&B Hotels

- Ecrans de protection et gel hydroalcoolique à la réception

- Marquages au sol

- Limitation à une ou deux personnes dans les ascenseurs

- Petit déjeuner à emporter

- Désinfection des points de contact, des chambres et des terminaux de paiement avec des produits virucides

- Formation du personnel à un protocole de nettoyage renforcé

La charte Clean Care+ des campings

De nombreux campings – près de 600 à ce jour – se sont engagés à respecter la charte Campings Clean Care+ mise en place par campings.com. Une initiative qui aidera sans doute ces hébergements à attirer des clients : 91 % des familles qui fréquentent les campings affirment que l’engagement des structures à renforcer leurs règles sanitaires est un vrai plus pour décider d’effectuer une réservation (4).

Les garanties de la charte Campings Clean Care+

- Respect des directives édictées par les pouvoirs publics pour lutter contre le Covid-19

- Mise à disposition de produits désinfectants dans les parties communes

- Marquages au sol

- Délai de 24 heures obligatoire entre deux réservations quand l’établissement n’est pas complet

- Désinfection des terminaux de paiement

- Interdiction d’accès à la chambre à quiconque d’autre que le voyageur durant son séjour

- Mise en place d’alternatives pour le dîner (plats à réchauffer, livraisons sur place…)

- Nettoyage, ventilation et désinfection renforcés, notamment dans les piscines, espaces de restauration et d’animation

- Equipement de protection fourni au personnel

- Mise en quarantaine (pour 14 jours) des salariés présentant de la fièvre ou tout autre symptôme du Covid-19

- Nomination d’un responsable Campings Clean Care+ dans chaque établissement

Le pacte de confiance des villages vacances

Les villages vacances optent, quant à eux, pour un « pacte de confiance ». Elaboré par Azureva, Cap’vacances, UCPA, Vacances Bleues, Vacanciel, Villages Clubs du Soleil, VTF et VVF, il plaide en faveur de la responsabilité de tous. Le credo ? « Chacun est conscient que tout ne peut pas être réglementé : protéger la santé de tous est aussi un enjeu d’éducation citoyenne » afin de « bien vivre les vacances (…) avec d’autres familles qui font le choix de vacances responsables ».

Parmi les recommandations du pacte de confiance : respect des gestes barrières, mise à disposition de gel hydroalcoolique et de masques de protection, restauration aménagée et activités adaptées à la distanciation physique et nettoyage-désinfection régulier des espaces.

Le protocole d’hygiène et de sécurité d’Airbnb

La plate-forme de location de logements entre particuliers Airbnb forme ses hôtes à un protocole mondial d’hygiène et de sécurité, développé notamment avec l’ancien administrateur de la santé publique des Etats-Unis, le D Vivek Murthy. Les logements dont les hôtes ont suivi le programme d’apprentissage et de certification seront clairement identifiés sur Airbnb pour faciliter les recherches des voyageurs. La formation enseignera aux hôtes quels sont les désinfectants approuvés par les autorités réglementaires et comment bien utiliser les équipements de protection individuelle (masques et gants). Par ailleurs, une période d’attente de 24 heures sera requise après le nettoyage avant que les voyageurs puissent entrer dans le logement, afin d’éviter que des particules nocives ne demeurent dans l’air. En France, Airbnb s’associe avec l’entreprise de nettoyage durable Ekoklean, qui proposera aux hôtes, dès juillet, « des services professionnels de nettoyage et de désinfection de leur logement », selon les informations que nous a fournies la plate-forme.

Les autres filières qui s’organisent contre le Covid-19

D’autres acteurs qui louent des espaces aux professionnels (appartements, lofts…), comme OfficeRiders ou Bird Office, conçoivent, pour leur part, des guides sanitaires précis afin d’assurer la sécurité de leurs clients. Par ailleurs, le label indépendant Covid-Free, grâce auquel les clients peuvent signaler un défaut d’application des engagements sanitaires des établissements qui s’en réclament, s’adresse à une grande variété d’acteurs. Hôtels, campings, chambres d’hôtes, meublés en location, sites touristiques, commerces de proximité, restaurants et même guides et accompagnateurs peuvent y prétendre. Face au Covid-19, toutes les filières s’organisent !

1. Selon les Notes de tendances de l’Observatoire de l’économie du tourisme, en partenariat avec l’Insee et la Banque de France.

2. Etude réalisée entre le 31 mars et le 3 avril 2020 auprès de professionnels du secteur du tourisme et des loisirs par le cabinet Roland Berger.

3. Etude YouGov pour femina.fr réalisée du 18 au 19 mai 2020.

4. Selon le baromètre campings.com, avril 2020.

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Version Femina

Version Femina
Version Femina
image beaconimage beaconimage beacon